Erok

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (646 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Bernard Stasi nous a quittés, au terme d’ une maladie longue et éprouvante. Nous étions nombreux mercredi autour de lui et de sa famille. Beaucoup d’ entre vous se souviendront de sa dernièreapparition publique, lorsqu’ il a tenu à m’ apporter son soutien et à témoigner de son engagement lors de la campagne présidentielle de 2007. Je voudrais vous dire aussi combien il a compté pour une certaineidée de la démocratie en France, apportant de l’ ouverture d’ esprit à un moment où tout était fermeture, et un sens aigu de l’ amitié et de la fidélité dans un monde où l’ intérêt pèse lourd. Ilétait un homme debout, et qui allait jusqu’ au bout. Je voudrais que nous respections à sa mémoire une minute de silence.

Mes chers amis,

Nous vivons en politique, et peut-être pas seulement enpolitique, un grand moment de confusion. La confusion est dangereuse. Face à cette confusion, une clarification s’ impose.

Les citoyens ont besoin de repères pour pouvoir faire clairement leurchoix, prendre leur décision, et obtenir par leur vote ce qu’ ils attendent vraiment pour l’ avenir de leur pays.

La « danse du centre »

La « danse du centre » à laquelle on assiste depuis quelquessemaines aurait quelque chose d’ assez drôle, si son but n’ était pas d’ égarer les électeurs pour les conduire précisément où ils ne veulent pas aller.

La question est bien celle du but de cettemanœ uvre : tout montre qu’ il s’ agit de capter les voix d’ électeurs insatisfaits de la manière dont la France est gouvernée depuis des années, d’ électeurs qui veulent le changement, pour lesramener, au bout du compte, parmi les soutiens du pouvoir.

C’ est parce qu’ il s’ agit de détourner et de dévoyer les électeurs du centre qu’ il s’ agit d’ une manœ uvre et pas d’ une vérité. Il fautdissiper la confusion et clarifier les choses.

Une phrase révélatrice a été prononcée cette semaine par l’ un des participants : « nous allons, a-t-il dit, construire la deuxième droite »....
tracking img