Eros Et Psyche

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3782 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mars 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Éros et Psyché




Psyché est la fille d’un roi. Elle a deux sœurs. La particularité de ces trois femmes est qu’elles sont toutes d’une extrême beauté. Les sœurs de Psyché ne mettent donc pas longtemps avant de trouver un époux. Or la cadette désespère de ne pas avoir trouvé l’amour. Sa beauté est si déconcertante que les hommes viennent l’admirer, l’aduler mais aucun d’eux n’osent demander lamerveilleuse demoiselle en mariage. Un jour Aphrodite, la déesse de la beauté se rend compte que sa popularité baisse, la référence même de la beauté n’est plus Aphrodite mais Psyché. Furieuse la déesse décida alors de s’en débarrasser. Elle appela alors son fils Eros, le dieu de l’amour et lui ordonna de la rendre amoureuse de l’être mortel le plus affreux qu’il soit. Mais alors qu’Eros prend sonarc et ses flèches pour piquer Psyché, le dieu se blesse avec l’une d’elles et tombe instantanément amoureux de la belle.
Pendant ce temps, Psyché pleurait sur son sort, aucun homme n’osait l’épouser. Inquiet, son père partit consulter un oracle. Là-bas la Pythie lui révéla qu’il devait emmener sa fille sur un rocher au sommet d’une colline où son futur époux, un monstrueux serpent géant, viendrala chercher. Attristé, le roi conduit tout de même sa fille sur la colline indiquée par la Pythie et abandonna sa fille. Psyché est apeurée, le jour de son union sera aussi celui de sa mort. Mais alors que le serpent s’approchait d’elle pour la dévorer, un vent doux, le Zéphyr emporta Psyché. Il la conduit dans un palais inconnu, d’une extrême beauté. Des servantes accoururent et prirent soin dela jeune femme. Le soir venu on la conduisit dans une merveilleuse suite où Psyché trouva le sommeil. Or pendant la nuit un être se faufila entre les draps. Paniquée Psyché tente de s’enfuir mais la voix de l’homme s’éleva et lui dit qu’elle n’avait pas de crainte à avoir, qu’il était son mari et qu’il prendra soin d’elle éternellement, à une seule condition, que Psyché ne cherche jamais à voir levisage de son mari. Mais la jeune mariée prit plaisir à cet amour masqué, sans se douter que l’homme qu’elle aimait n’est autre qu’Eros. Les deuPsyché (Ψυχη) épouse d'Eros (Cupidon), est la personnification de l'âme représentée avec des ailes d'un papillon. Psyché est l'une des trois filles d'un roi, si belle que tous les habitants du royaume l'adoraient et qu'Aphrodite en était jalouse au pointde vouloir tramer sa perte.
x êtres vécurent des jours heureux, toujours dans le secret. Mais un jour Psyché demanda à voir ses sœurs. Eros se méfiait car il savait que les sœurs de Psyché étaient des femmes malsaines, rempli de haine et de méchanceté. Pourtant il accepte, et tout comme Psyché, il envoya le vent Zephyr apporter les deux sœurs de sa femme. Psyché leur fit découvrir son univers, sonpalais et ses richesses. Mais les sœurs malfaisantes, tentèrent d’en savoir plus sur l’identité de son mari. Alors Psyché leur avoua qu’elle ne l’avait jamais vu, qu’il lui défendait de voir son visage. Mesquines, les sœurs semèrent le doute chez Psyché. Pour elles, si son mari ne veut absolument pas que sa femme le regarde c’est qu’il doit être un personnage monstrueux, qui n’attend qu’une chose,que Psyché tombe enceinte et la dévore. Elles conseillent alors à leur sœur de vérifier et leur donne un couteau ainsi qu’une lampe. Paniquée, Psyché se pose de plus en plus de question et décide d’en avoir le cœur net. Le soir elle attend que son mari s’endorme et allume la lampe. Là elle découvrit un être splendide, muni d’ailes éclatantes de beauté, un visage fin et délicat, une peau douce etveloutée. Jamais Psyché n’aura vu d’être aussi beau. Mais à force de le contempler elle ne remarque pas que la lampe coule et fait tomber une goutte d’huile sur l’épaule d’Eros. Réveillé en sursaut par la douleur, Eros voit sa femme, lampe et couteau à la main. Déçu par cette trahison il la quitte sur le champ, mais Psyché tente de s’accrocher à l’une de ses ailes qui cède. Etalée sur le sol,...