Erving goffman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2451 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’œuvre de ERVING GOFFMAN

I. Présentation de GOFFMAN

II. Les relations
A. La notion de l’interaction
1. définition
2. l’interaction vue par GOFFMAN
3. les règles de l’interaction

B.. Ordre social et ordre de l’interaction

C. L’interaction symbolique

III. La place de l’Homme
A. L’interaction centrée et diffuse
1. l’interaction centrée
2.L’interaction diffuse

B. Le « territoire du moi »

IV. Les repères de l’Homme et la communication non verbale
A. La notion de cadre d’analyse

B. La notion de communication non verbale

V. La notion de l’Homme par Goffman
A. Euphorie/dysphorie
1. Euphorie
2. Dysphorie

B. La notion de Stigmate

VI. Conclusion

I. Présentation de GOFFMAN

Erving Goffman est un sociologueaméricain. Adoptant l’observation participative. Pour lui il faut aller sur le terrain et non s’enfermer dans un univers littéraire.

«  Je pense qu’à l’heure actuelle l’usage le plus adéquat des concepts sociologiques consiste à les saisir au niveau même de leur meilleure applications et les contraindre de cette façon à livrer tous leurs sens. Ainsi vaut-il mieux sans doute donner à chacun desenfants d’une famille des vêtements bien ajustés plutôt que les regrouper sous une tente unique où, si spacieuse soit-elle, ils grelotteraient tous » ( Erving Goffman : 1961a/68 :42).

C’est donc grâce a tous les travaux que ce sociologue a entrepris via l’observation participative que de nos jours Erving Goffman est source d’inspiration pour de nombreux sociologues.

II. Les relations

A. Lanotion de l’interaction

1. définition

Selon le petit Larousse : l’interaction est une influence réciproque de deux phénomènes, de deux personnes.

2. l’interaction vue par GOFFMAn

Pour lui, l’idée de base est qu’une interaction ne se limite pas à une simple séquence d’action/réaction qui serait limité dans le temps et dans l’espace. Pour Goffman l’interaction convoque la société toutentière puisque cette dernière fonctionne sur les mêmes principes.

« Les interaction sont les atomes de la société. Elle fondent toute la dureté et toute l’élasticité, toute la couleur et toute l’uniformité de la vie sociale, qui nous est si évidente et pourtant si mystérieuse »

Afin que vous puissiez mieux comprendre sa pensé voila un exemple :

|SOCIETE|INTERACTION |
|Lorsqu’une personne enfreint une règle, il doit se sentir coupable |La culpabilité de l’offenseur au niveau interactionnel, est la |
|ou du moins plein de remords, pour la personne offensée celle-ci se |honte ; pour les personnes offensées elles se sentiront choquées |
|sent indignée| |

Nous voyons bien par cet exemple que l’interaction fonctionne de la même manière que la société.

3. les règles de l’interaction

Les règles de l’interaction sont les façons de faire afin de ne pas causer de désagrément à une personne. Elles sont nombreuse est diverse celons lelieux et les personnes.

B. Ordre social et ordre de l’interaction

Pour Goffman l’ordre de l’interaction est la réalisation au niveau microsociologique de l’ordre social.
La microsociologie est l’étude des formes de la sociabilité au sein des petits groupes. Et inversement la macrosociologie c’est la sociologie qui étudie la société globalement. En résumé nous pouvons dire que lamacrosociologie est la structure et que la microsociologie est l’acteur.
Placé dans l’ordre social et d’interaction, l’ordre social est la structure et l’ordre de l’interaction est l’acteur.

L’ordre de l’interaction peut être décrit comme l’une des variantes de l’ordre social comme il existe l’ordre politique ou économique. Nous pouvons dire que l’ordre social instaure l’ordre d’interaction....
tracking img