Erving goffman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1432 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ERVING GOFFMAN : identité et interactions

Les lignes qui suivent rendent compte de manière non exhaustive d’un ouvrage essentiel de Goffman : « La mise en scène de la vie quotidienne » (éditions de minuit, 1987). Quelques idées font également référence à l’ouvrage « Les rites d’interaction » (éditions de minuit, 1988).
Parmi les courants sociologiques, Goffman appartient aucourant interactionniste. Il développe ses analyses en posant l’hypothèse qu’une étude des interactions s’intéresse non pas à la psychologie individuelle mais plutôt aux relations rituelles qui unissent les actions de diverses personnes mutuellement en présence.
« Le monde en vérité est une cérémonie » où chacun joue à être soi-même, écrit Goffman . Il développe l'idée que, dans les relationssociales, tout le monde endosse un rôle plus ou moins consciemment, toujours et partout, et que c’est au travers de ces rôles que nous connaissons les autres et que nous nous connaissons nous-mêmes.

Tout individu est un acteur qui doit agir de façon à donner, intentionnellement ou non, une expression de lui-même, et les autres à leur tour doivent en retirer une certaine impression. Lacapacité d’expression d’un acteur s’exprime sous deux formes différentes : l’expression explicite produite par le langage, et l’expression implicite provenant du comportement non-verbal.
Il importe que le rôle de l’acteur soit crédible, c’est pourquoi il s’efforce de donner à ses représentations en public une impression de réalité et de naturel, au moyen d'expressions appropriées qu’ils’attache à contrôler, et qui sont destinées à convaincre autrui. Mais cette impression de réalité risque occasionnellement de voler en éclats lorsque l’acteur ne joue pas son personnage avec suffisamment de cohérence. Aussi, dans toutes les situations d’interaction, les personnes s’appliquent-elles à se présenter et présenter leur activité en cherchant à maîtriser l’impression qu’elles produisent sur lesautres. Cette discipline sociale a en particulier pour fonction d’évacuer des représentations publiques le moi intime (sautes d’humeur, rêveries involontaires, fonctions animales) qui risquerait de perturber ou de contredire le masque des attitudes requises en société. Si bien que toute interaction devient un jeu constant de dissimulation d’une partie de soi, en même temps qu’un jeu de fouille del'autre. Ce jeu a un objectif très pratique : il vise à obtenir des informations définissant la situation, afin que chacun puisse prévoir ce qu’on attend de lui et ce qu’il peut attendre des autres, de façon agir de la manière la plus appropriée.
L’interaction s’opère à travers des rituels qui permettent à tout moment de détecter symboliquement le degré d’ouverture ou de fermeture desinterlocuteurs. On peut l’appréhender comme une série de feintes et de contre-feintes si profondément incorporées qu’elles ne se montrent plus que sous les traits de la spontanéité individuelle. C’est en définitive un système de bluff permanent qui intègre une foule de normes relatives à la politesse et à la bienséance, ou à l’inverse à la froideur et à l’hostilité, concernant à la fois les relationssociales (discussions informelles entre amis, relations familiales…), et la représentation d’une tâche en situation professionnelle par exemple.
Cette approche dramaturgique implique l’existence de deux dimensions fondamentales dans la personnalité individuelle : l’acteur d’une part, engagé dans d’innombrables mises en scène quotidiennes ; le personnage d’autre part, silhouette habituellementprésentée de façon avantageuse, destinée à mettre en évidence l’esprit, la force et d’autres solides qualités individuelles. L'acteur peut être complètement pris par son jeu, c’est à dire qu’il peut être sincèrement convaincu que l'impression de réalité qu'il produit est la réalité même... Mais l'acteur peut aussi ne pas être dupe de son propre jeu. Et cela est d'autant mieux concevable que...
tracking img