Esquisse d'un tableau historique des progres de l'esprit humain condorcet commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (771 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Condorcet

Manifeste et testament des Lumières

Objectifs :
-procédés rhétorique, lexicaux, syntaxiques
-aspiration des LumièresQuestions :
1) Analysez la périphrase du 1er paragraphe
2) Quelles sont les valeurs des philosophes cités par Condorcet ?
3) Analyser la syntaxe du 2nd paragraphe

Achevé en 1793,l’esquisse est le testament philosophique du 18ème siècle. Condorcet est le seul philosophe français des Lumières à avoir connu la révolution et à pouvoir ainsi considéré le chemin parcourut durant sonsiècle. Son ouvrage est une histoire globale de l’humanité qui préfigure les philosophies de l’histoire du siècle suivant. Le moteur du devenir c’est la science dont les progrès sont l’agent essentiel destransformations sociales.

I. Les valeurs des Lumières

Ligne 1 « classe d’hommes » : le philosophe, appart dans la société, dénonce les préjugés de la société (l.3). Abolir les idéesstéréotypées. La périphrase définit le rôle des philosophes en ce sens que les philosophes entendent diffuser la vérité contre tous ceux qui cherchent à maintenir les hommes dans l’ignorance. On est face à uneentreprise militante et à un engagement exigeant qui est très utile. Les valeurs des Lumières sont résumées dans la devise finale de l’extrait. D’autres valeurs sont invoquées à savoir la vérité opposé àl’erreur (l.2, 9), la raison opposé aux préjugés et à la superstition, la liberté d’expression et une politique contre le despotisme et la tyrannie. On est face à un ensemble de termes désignant ce àquoi s’opposent les philosophes des Lumières. Les cibles de ce combat peuvent être rangées en 2 catégories :
-les formes de pensée et les habitudes qui en découlent
-les institutions qui propagenttout ça (l.2, 3)
Dans un 1er temps, les philosophes rejettent les préjugés (l. 3, 4, 20), la superstition, les erreurs (l.26). Et dans un 2nd temps, ils rejettent les institutions sociales,...
tracking img