Essai fernando savater

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1524 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ethique à l'usage de mon fils

 

Savater, F. (1994). Ethique à l'usage de mon fils. Paris: Seuil.

Une recension de Serge Larrivée
et François Lamy

Un vent de fraîcheur vient de souffler dans le monde poussiéreux de la morale. Fernando Savater est une figure clé de la philosophie en Espagne. Ethique à l'usage de mon fils, son premier essai traduit en français, est un livrepédagogiquement bien construit. Tout concourt à remplir ce pour quoi et pour qui il a été écrit: le format du livre, sa structure, le ton et bien sûr les thèmes abordés.

Le livre se présente dans un format peu encombrant de 20,5cm X 12,0cm. Il est structuré intelligemment de façon à soutenir l'intérêt du lecteur adolescent. Outre un avertissement antipédagogique (2 p.), un prologue (6 p.) et un épilogue (6p.), l'essai comprend neuf chapitres dont la longueur varie entre 12 et 19 pages. Chaque chapitre se termine par un ensemble diversifié de courtes citations, intitulé La lecture n'est pas finie..., qui viennent appuyer les propos développés dans le chapitre. L'auteur puise principalement chez les anciens, Homère, Aristote, chez les classiques, Rabelais, Rousseau, Spinoza, Shakespeare, Thomas More,Montesquieu, Hume, ainsi que chez quelques modernes, Duvert, Lichtenberg, Fromm, Buber, Paz.

A moins d'y être fortement incités, voire obligés, peu d'adolescents sont d'emblée portés à lire des livres à propos de la morale. Dans ce cas-ci, je suis prêt à parier que bon nombre d'adolescents qui commenceraient la lecture de cet essai seront d'emblée accrochés sinon par le contenu, du moins parle ton résolument intimiste il s'adresse à son fils de 15 ans , personnel et subjectif. En fait, Savater a réussi un coup de maître: parler simplement des choses de la vie sans jamais tomber dans le piège des simplifications à outrance qu'on rencontre encore abondamment dans certains milieux, sans jamais aborder aucun des problèmes éthiques à la mode et débattus dans les journaux (avortement,euthanasie, distribution des condoms dans les écoles, etc...), sans jamais dresser un catalogue de solutions moralisatrices à connotation religieuse et le tout, non sans une certaine pointe d'humour. Le grand nombre de citations inclus dans cette recension offre au lecteur un échantillon du ton de l'ouvrage et de l'étendue des thèmes abordés.

Dès la première page, l'auteur déplore qu'en Espagne,l'éthique ait donné son nom à l'option suivie par ceux qui ne veulent pas de l'instruction religieuse. Au Québec, les partisans de l'école confessionnelle ne seront probablement pas d'accord avec la position de Savater, même si ce dernier concède gentiment que l'éthique n'est pas là pour remplacer le catéchisme. Pour l'auteur, la réflexion morale est "une part essentielle de toute éducation digne dece nom" et a pour objectif de stimuler une pensée libre, laquelle est à milles lieues de la foi, de la croyance ou du dogme. Savater aurait atteint son but si la lecture de son essai générait des citoyens peu portés désormais à se prononcer ex cathedra sur la nature du bien et du mal. Les exemples concrets qui jalonnent son texte pour illustrer les notions abordées incitent en tout cas le lecteurà abonder dans ce sens.

Les thèmes abordés dans cet essai constituent un plaidoyer pour la belle vie et le plaisir, et par conséquent, un plaidoyer pour la liberté et son revers, la responsabilité.

Pour rester en vie, un seul savoir parmi tous les savoirs possibles est indispensable: apprendre que certaines choses nous conviennent car elles nous font du bien et que d'autres ne nousconviennent pas, car elles nous font du mal. La simplicité de cette assertion n'est qu'apparente. Par exemple, manger des noix est bon pour la santé sauf si j'y suis allergique, déguster un bon vin est fort agréable mais l'abus d'alcool peut être nocif. Au niveau des relations humaines, les choses se compliquent. Par exemple, "le mensonge est généralement mauvais, car il discrédite le langage -dont...
tracking img