Essence de l'homme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4533 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le travail les échanges

LE TRAVAIL EXPRIME T IL L’ ESSENCE DE L’HOMME ?

1 Le travail et la condition humaine

Travail vient du latin « tripalium » et signifie « instrument de torture ».
Le travail possède une connotation négative dans la mesure où il est lié à la contrainte sociale mais aussi dans la mesure où il reflète la soumission de l’homme à la nature du fait de sa nécessitévitale.
Le travail engendre la peine et la fatigue du labeur. Le labeur c’est le gros travail. Par nécessité économique l’homme doit assurer sa survie, le travail est d’ abord une dépense d’énergie en vue de transformer la nature pour l’humaniser, la tourner vers lui-même, implanter sa marque, la réduire à son échelle.
Dans la tradition judéo-chrétienne le travail est présenté comme la punition à unedésobéissance primitive. Le mythe ou la parabole du jardin d’Eden marque la souffrance du travail par rapport à une situation antérieure, c’est à dire un âge d’ or de la nature où l’homme est protégé du travail dans le paradis terrestre. L ‘expulsion du jardin d’Eden marque une rupture et une prise de conscience de la nullité de l’homme devant la nature. Le travail porte alors la marque de lanature humaine déchue. Adam et Eve ont consommé le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal : maintenant ils savent. Ils sont tout à coup arrachés à l’innocence de leur devenir : ils se retrouvent sexués et mortels « jetés dans le monde ». Toute la violence de leur condition apparaît (futilité, absurdité, dureté, non sens de l’existence). Ils ont honte de leur nudité. La nudité est ici lesymbole de la condition humaine primordiale (la mort), celle d’un être sexué dans la culture qui doit arracher sa survie à la nature par la souffrance : « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front », « tu enfanteras dans la douleur ». Le mythe biblique tente de retranscrire symboliquement le passage de la nature à la culture. Toute la culture résulte du produit du travail c’est à dire d’unetransformation d’une nature hostile en une nature domestique estampillée et répondant aux besoins des hommes, à la médiation du désir humain et du langage. La culture sera donc une re-formulation radicale du rapport de l’homme à la nature. La tradition biblique est loin de s’épuiser par le seul mythe du jardin d'Eden puisqu’elle enjoint les hommes de faire fructifier la création (« Croissez etmultipliez »). Si le travail est souffrance il est aussi le seul moyen par lequel l’homme produit le monde humain et s’humanise lui-même.

II Le mépris du travail et l’esclavage antique

Cependant parce qu’il soumet l’homme aux déterminations de son corps, le travail est considéré comme une activité servile . Les anciens méprisent le travail. Le citoyen libre d’Athènes est un homme libreprécisément parce qu’ il ne travaille pas et qu’ il possède des esclaves. Il a ainsi le temps de penser et de discuter des choses politiques, de pratiquer les loisirs (« scolé »). A Rome, on déteste le « négoce », le citoyen libre pratique l’« otium » et méprise le « negotium ». L’« otium » c’est le temps libre que l’on consacre à la discussion et à la réflexion ou à la vie publique.

Dès la création de lapolis grecque la volonté passionnée de se libérer du travail prend son essor. L’emploi des esclaves pour s’occuper des taches matérielles permet au citoyen de se libérer de l’effort pénible (labor) du travail domestique pour exercer les affaires politiques. Les esclaves sont des ennemis vaincus devenus les domestiques du maître. Il faut distinguer l’esclave de l’artisan qui est au dessus de lacondition d’esclave. Plus l’effort est important plus le travail est pénible et douloureux plus il est méprisé. Travailler c’est être asservi à la nécessité soumettant l’homme aux plus basses activités du corps : « La dégradation de l’esclave était un coup du sort, un sort pire que la mort, car il provoquait une métamorphose qui changeait l’homme en un être proche des animaux domestiques. »...
tracking img