Est-ce dans la solitude que je me découvre ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2201 mots )
  • Téléchargement(s) : 1
  • Publié le : 7 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Est-ce dans la solitude que je me découvre ? A première vue, nous serions tentés de dire que oui car se découvrir, c'est d'abord faire un travail sur soi-même. Avec l'aide d'autrui, on peut être influencé par des choses extérieures. Qui pourrait me connaître mieux que moi-même ? Pourtant, comment se fait-il que lorsque l'on veut faire le point sur un événement de notre vie, ou que l'on veutdécouvrir ce qui ne va pas au plus profond de nous, nous nous dirigeons vers un psychologue, qui est autrui, et donc extérieur à nous ? Mais finalement, est-on vraiment seul dans la solitude ? N'y a t-il pas plusieurs degrés de solitude ?

« Est ce dans la solitude que je me découvre ? ». Qui est ce « je » dont parle la question? Ce pronom est utilisé lorsque la personne qui l'utilise a conscienced'elle, de son existence. Le constat est frappant notamment en observant un enfant très jeune: il emploi le pronom « il » pour s'exprimer en parlant de lui-même. L'emploi du « je » chez un enfant n'arrive que plus tard, vers l'âge de trois ans environ. Cet exemple montre que la « conscience de soi » est innée chez l'homme (l'enfant très jeune a besoin d'un temps d'adaptation pour se rendre comptequ'il existe, mais cela reste inné). Pour justifier le fait que la « conscience de soi » est innée chez l'homme, nous pouvons parler du « cogito » qui est un verbe en latin qui signifie « je pense ». Descartes, à travers le cogito cartésien, soutient que la pensée et l'être doivent être nécessairement coexistants, d'où la célèbre phrase « je pense donc je suis ». Ceci est pour Descartes sa seulecertitude, comme il le conclut dans ses Méditations métaphysiques grâce au doute cartésien avec lequel il remet en cause toutes ses connaissances. Descartes soutient donc que le fait de penser montre que l'on existe. Nous pouvons alors lier le fait de penser au fait de prendre conscience de soi, car c'est en pensant que l'on se rend compte que l'on existe et ainsi qu'on prend conscience de soi. JohnLock nous confirme cela dans son Essai philosophique concernant l'entendement humain. Il parle d'être « pensant et intelligent, doué de raison et de réflexion » ou encore de « conscience qui est inséparable de la pensée », ce qui confirme le point de vue de Descartes. Néanmoins, ici, « je me découvre » n'est pas simplement le fait de prendre conscience que l'on existe, mais aussi de prendreconnaissance de soi, de savoir qui l'on est. Cette action de se découvrir a donc deux aspects: prendre conscience que l'on existe (ce qui est inné), et se connaître. C'est le fait de prendre conscience de soi qui amène à en connaître plus sur soi-même, car, en ayant conscience de soi, on prend conscience que l'on existe, et c'est pour cela que l'on cherche ensuite à se connaître, à réfléchir sur sapersonnalité. Toujours selon Descartes, pour prendre conscience de soi, il faut que le « je » prenne tout le champ de la conscience. Il faut se purifier de toutes les influences extérieures, et donc, ne pas être avec autrui. Le mot « autrui » vient du latin « alter » qui signifie « autre ». On définit donc autrui comme un autre moi que moi, un alter ego.
Or, la solitude est un l'état d'une personneseule, c'est à dire d'une personne qui n'a aucun rapport avec autrui. Cet état peut être à plus ou moins long terme, et forcé ou recherché. Lorsque l'on est seul, on se retrouve sans personne, sans « autrui ». Selon Descartes, pour être seul, il faut rassembler les conditions suivantes : il faut ne pas être influencé par autrui, par tout ce qui est extérieur à soi, et c'est à se moment là que l'onpeut atteindre la solitude absolu, là où plus rien ne peut nous atteindre.
C'est donc dans la solitude que je me découvre, car celle-ci permet de se retrouver sans influences extérieures, sans contact avec autrui et son opinion, et de me « recentrer  sur moi-même ». Prendre conscience que l'on existe est inné, alors pourquoi aurait-on besoin d'autrui pour se découvrir, découvrir ce que l'on...
tracking img