Est-ce intéressant de recourir à un regard extérieur pour argumenter ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1463 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Moreno Jordan, Dissertation . 104.

Sujet : Est-ce intéressant de recourir à un regard extérieur pour argumenter ?

Argumenter, c'est tenter de convaincre autrui en lui offrant des raisons valables d'adhérer à l'opinion qu'on expose. Un auteur souhaitant argumenter son opinion, ou dans certain cas sa critique, doit donc pouvoir s’adapter au public à qui il s’adresse et en tenir compte a toutmoment car l’argumentation repose avant tout sur un débat et la divergence de plusieurs points de vue. Au cours d’un débat les différents partis exposent leurs points de vue, et accompagnent donc ceux-ci d’arguments cherchant à convaincre l’auditoire : plus le nombre d’adhérents à un point de vue est important, plus celui-ci paraît plausible. Pour ces raisons, l’emploi d’un regard extérieur aucours d’une argumentation peut s’avérer intéressant. Cette méthode d’argumentation à également permit à certains auteurs de se protéger de la censure, tout en leurs permettant de critiquer, de faire ressortir certains défauts de notre société, tout en suscitant l’intérêt des lecteurs. De l’autre côté, on peut penser que recourir à ce type de regard n’est pas intéressant dans la mesure où le lecteurdoit avoir un certain recul, une certaine finesse d’esprit pour comprendre l’auteur, ce qui n’est pas toujours le cas.

D’une part, avoir recours à un regard extérieur pour argumenter est très intéressant. En effet, cela permet tout d’abord à l’auteur de se protéger de la censure ou même du bagne : en se cachant derrière un personnage, l’auteur réduit les risques d’être pris. Voltaire fitpar exemple quelques séjours à la Bastille, ou dut s’exiler, comme en 1736 en Hollande, ou en 1747 en Lorraine. Il passa tout d’abord onze mois à la Bastille pour « offenses envers le régent » Philipe d’Orléans II en 1717, puis un deuxième en 1726. Le fait d’utiliser un regard extérieur était donc intéressant pour les auteurs dans la mesure où ils pouvaient donc faire passer leurs idées vers lepeuple malgré la censure.

Mais certains auteurs ont recours à un regard extérieur alors qu’ils ne sont pas menacés de censure : ils le font pour susciter l’intérêt du lecteur ; en effet, il est vrai qu’un conte, ou qu’une petite histoire est plus intéressant à écouter qu’un discours dans lequel s’enchainent arguments, exemples, thèses… et plus facile à mémoriser, pour le raconter à son tour.Le lecteur aime les aventures, les péripéties d’un ou de plusieurs personnages, mais rien n’empêche l’auteur d’y faire passer un message, une morale. On touchera ici un public plus large. Fréderic Brown par exemple, dans En sentinelle extrait de Lune de miel en enfer, a inventé une petite histoire pour faire passer des messages. Des extraterrestres ouvrent le feu sans même chercher à négocier :plusieurs Hommes sont tués par l’un d’eux, qui les décrit, critique. L’auteur a ainsi voulu mettre en avant le caractère « monstrueux, hideux, ignoble » des Hommes, tout en narrant une histoire. Enfin, le décalage qu’entraîne le regard assumé par un observateur néophyte crée un effet de surprise, voire un effet comique, l’utilisation du regard extérieur permet alors de susciter l’intérêt dulecteur, tout en critiquant.

Enfin, l’auteur peut faire ressortir des aspects largement critiquables de notre société qui nous paraissent invisible tant nous nous y somme habitués. Par exemple, dans l’extrait tiré des Lettres Persanes de Montesquieu, la société française est analysée par un persan, étonné du monde qui l’entoure. Ainsi, dans la lettre XXX, Rica critique les Français qui leregardent comme une bête étrange : « je fus regardé comme si j’avais été envoyé du Ciel». Il est cependant vrai que la Perse était un pays très peu connu à l’époque et qu’un Persan de voyage en France représentait quelque chose d’exceptionnel. Mais Montesquieu met bien l’accent sur le ridicule des français qui demandent à Rica « comment peut-on être Persan ? ». Les auteurs utilisant des regards...