Est-ce un devoir pour l'homme de travailler?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1356 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Est-ce un devoir pour l’homme de travailler ?

Analyse du sujet. Le verbe devoir est à prendre selon au moins deux sens : au sens moral (tu dois travailler sinon tu développeras des vices) , au sens de la nécessité (il faut travailler, on ne peut pas faire autrement). Le travail est à envisager sous plusieurs dimensions différentes voire opposées : le labeur pénible que l’on subit pour gagnersa vie, le vecteur d’intégration sociale, le mobile de développement personnel etc. Il n’est pas possible de proposer une problématique sans faire varier les acceptions des deux termes fondamentaux du sujet. Au-delà de sa formulation précise, celui-ci constitue une invitation à réfléchir sur le lien entre l’homme et le travail : est-ce un lien accidentel (l’homme doit travailler pour survivremais, s’il pouvait s’en passer, il arrêterait tout de suite) ou essentiel ( pour devenir vraiment homme, pour réaliser son humanité, pour s’épanouir, l’homme doit œuvrer) ? C’est un sujet classique sur cette notion.

Introduction/problématisation.

Notre rapport au travail est profondément paradoxal : ceux qui en ont ne cessent de s’en lamenter et rêvent d’oisiveté, à l’inverse ceux qui enmanquent le regrettent et envient les premiers. Dans nos sociétés touchées par le phénomène, le cas du chômage est révélateur : de nombreuses personnes stigmatisent les chômeurs en disant qu’ils ne veulent pas travailler et sont en fin de compte responsables de leur état alors que ces derniers se ressentent comme des victimes d’un véritable mal social et sont souvent prêts à travailler coûte que coûtemalgré leur indemnisation. Cet exemple tend à montrer que l’on a besoin de travailler pour autre chose que pour survivre. Le travail se présente donc comme un phénomène ambigu : d’un côté, il est vécu par l’homme comme un châtiment et le résultat de sa finitude – l’homme doit produire et renouveler ses conditions d’existence et ses moyens de subsistance ; de l’autre, l’une des sources ducontentement passe par la réalisation du travail qui autorise le progrès personnel et collectif, l’estime de soi et le développement des caractéristiques proprement humaine car le travail civilise. Aussi, si l’homme avait les moyens de ne plus travailler, est-ce à dire qu’il n’aurait plus le devoir moral de s’occuper ?

Première partie. L’homme n’a pas le choix, il doit travailler pour survivre.

Letravail se présente d’abord comme labeur. Il faut rappeler l’étymologie du mot travail entre autres (voir cours). Rappeler aussi la façon dont le travail est historiquement lié au malheur, et à la malédiction dans la Chrétienté. Le travail est donc une contrainte. Nous devons travailler car nous ne pouvons pas faire autrement. L’homme est un être de besoins et de désirs se renouvelant sans cesse quivit dans un environnement naturel où rien n’est jamais acquis. Tout production exige du soin et de l’entretien. L’homme n’a donc jamais fini de travailler.

Par ailleurs, l’autre aspect qui démontre que le travail peut s’envisager comme un devoir au sens d’une pure contrainte est le fait qu’on ne travaille qu’en vue du loisir. Le travail n’a pas sa fin en lui-même. Il est considéré comme uneperte de temps obligatoire pour se donner les moyens de faire autre chose. Parfois, quand le travail est trop dur ou trop répétitif, il apparaît aussi comme une perte de sens. Il a alors l’impression de « perdre sa vie à la gagner. »

Aussi, le travail se présente en première approche comme l’ensemble des contraintes sociales reposant sur les nécessités naturelles et physiologiques (pour le direautrement, la nature en l’homme et en dehors de lui).

Transition critique : pourtant, si chaque individu maudit son sort et rêverait de ne plus avoir à travailler, la société en son ensemble valorise le travail comme une vertu cardinale nécessaire à l’épanouissement individuel comme au maintien du lien social. C’est bien la preuve qu’une autre approche du travail s’impose par delà la thématique...
tracking img