Est-il possible de n'avoir aucune conscience morale?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2534 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
EST-IL POSSIBLE DE N'AVOIR AUCUNE CONSCIENCE MORALE?

Dans la vie de tous les jours , nous sommes témoins de la présence de plus en plus manifeste, d'individus de respectant rien ni personne, comportement égoïste voire inhumain, considérer souvent comme inconscient et sans morale. Mais qu'est-ce que l'inconscient? La moralité peut-elle éviter certaines dérives , comme le crime? L'individuinconscient est-il conscient de ces actes? Beaucoup de questions se pose quant à ce caractère d'inconscience, qui serait selon Freud acquis et assimiler à la conscience. La conscience implique la responsabilité, et donc le choix selon Bergson. Dès lors, l'inconscient serait-il responsable de ces actes,en dépit du fait qu'il soit dépourvue de conscience morale? On étudiera , les notions d'inconscienceet de conscience morale, puis on analysera les différentes aliénations mentales, pour en arriver à l'inconscient et ce qu'il implique. Tout d'abord,juger du bien et du mal est-il seulement le fruit d'un processus social ou bien renvoie-t-il à une faculté proprement humaine ? Le problème que pose ce sujet est ainsi celui de savoir si nos évaluations morales sont innées ou acquises. Car en effet, onpourrait penser , que c'est bel et bien l'environnement familial et la société qui forment notre conscience morale. Dès lors,l'enfant n'est rien qu'un être en devenir. Il ne vient pas au monde avec des valeurs de bien ou de mal. Il ne sera que le résultat d'influences psychologiques et sociologiques qui pèseront sur lui. La conscience morale me permet de juger du bien et du mal, de ce qui est bonou mauvais pour moi donc pour autrui. Pour être capable d'un tel jugement, il faut avoir reçu une «éducation» ou, tout au moins, se référer à un modèle, celui qui prédomine dans la société où nous vivons. D'autre part, la conscience morale est définie comme étant la connaissance du bien et du mal. Platon écrit que « nul n'est méchant volontairement ». Ainsi, si nous faisons le mal, c'est parignorance. Nous pensons que cela nous est profitable or nous nous trompons : le mal que nous commettons induit des conséquences néfastes pour son auteur. La conscience morale équivaut donc à une juste connaissance du bien et du mal. Le problème serait plus simple à résoudre si ces notions et la conscience qui les incarne étaient innées. Rousseau a plaidé l'existence d'un sens moral inné dont il voyaitun exemple frappant dans la pitié que n'importe quel homme éprouverait spontanément face à un autre homme qui souffre. « Conscience! Conscience! Instinct divin, immortelle et céleste voix; guide assuré d'un être ignorant et borné, mais intelligent et borné, mais intelligent et libre; juge infaillible du bien et du mal ».

Paradoxalement, il existe également chez l'espèce humaine, une partie dela conscience, inconnue, si ce n'est qu'elle se manifeste de différentes manières: l'inconscient.
Leibniz affirme qu'il y a , à tout moment, en nous, une infinité de perceptions, c'est à dire des changements dans l'âme même dont nous ne nous apercevons pas, parce que les impressions sont ou trop petites et en trop grand nombre ou trop unis, en sorte qu'elles n'ont rien d'assez distinguant à part.Il y a donc en nous, des pensées , des sentiments qui sont déjà quelque chose pour nous, quoiqu'on ne les remarque pas. Mais ces processus ne sont pas véritablement inconsciente, au sens où Freud les entend, car ils pourraient être rendus pleinement et fortement consciente si on leur accordait l'attention suffisante . L'inconscient, pour Freud , n'est pas l'inaperçu (comme le pense Leibniz). C'estune instance du psychisme dont on ignore tout, et qui se manifeste par ses effets, les rêves, les lapsus... Dans sa Seconde topique( 1923),Freud élabore le terme « inconscient » pour qualifier le ça (es) , mais aussi le moi (ich) et le surmoi (überich).

Le ça est le réservoir des instincts primaires, des pulsions, des désirs refoulés. Il est régi par le seul plaisir . Le moi, constitue la...
tracking img