Etat providence

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2961 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’État-providence (ou État providence) désigne l'État dans ses attributions de protection sociale, par distinction avec l'État-gendarme, cantonné aux fonctions régaliennes (police, armée, justice).

La protection sociale regroupe la sécurité sociale (système d'assurance), et l'action sociale et l'aide sociale (système d'assistance). Elle désigne le système d'indemnisation, par lesadministrations publiques, des citoyens victimes des aléas de la vie (comme le chômage, la maladie, les accidents, la vieillesse, le décès d'un parent pour un mineur, etc.). Il s'agit d'assurer un minimum de ressources ainsi que l'accès aux besoins essentiels (éducation, eau, nourriture, hygiène) à tous les citoyens hors catastrophe, guerre ou calamité (qui relèvent elles de la sécurité civile). Les objectifsde protection sociale assurés par l'État-providence sont assurés par les politiques sociales.

On distingue classiquement deux grands modèles d'État-providence : l'État-providence bismarckien, fondé en Allemagne par les lois de 1880, et l'État-providence beveridgien, qui naît au Royaume-Uni après la Seconde Guerre mondiale. Le premier est fondé sur le mécanisme des assurances sociales, danslequel les prestations sont la contrepartie de cotisations (il y a prévention du risque maladie, vieillesse et accident du travail pour les actifs uniquement), tandis que le second, financé par l'impôt, fournit des prestations uniformes à tous les membres de la société, les prestations ne fournissant en général que des minima assez bas[1]. Le régime français de l'État-providence combine ces deuxaspects. Outre l'objectif d'assurances contre les risques et aléas de la vie, l'État-providence poursuit souvent un objectif de justice sociale, via certains mécanismes complexes de redistribution des richesses.

L’histoire du rôle de l’État depuis la Révolution industrielle pourrait se résumer à un lent passage d’un statut d’État gendarme à celui d’État-providence, du moins jusqu’aux années 1970,date à laquelle la « main visible »[2] de l’État a commencé à être contestée par ce qu'on a pu appeler la Révolution conservatrice, en particulier sous les assauts du monétarisme et du néolibéralisme. Aujourd'hui, néanmoins, la question de l'État-Providence fait débat: si la crise de l'État-providence est réelle, du fait de mutations sociologiques, économiques et idéologiques importantes,l'impératif de protection sociale est à peu près unanimement défendue par les politiques[3]. Seule sa mise en œuvre et son extension demeurent débattues, les débats tournant autour de discussions économiques sur l'intervention de l'État, sur l'instauration d'un revenu universel, sur le workfare (« État-providence actif ») ou encore sur la réforme des retraites.Prenant en compte le vieillissement de lapopulation, le fait individualiste et la problématique du care, des intellectuels, questionnent le dépassement de l'État-providence.
Sommaire
[masquer]

* 1 Histoire de l'État-providence
o 1.1 Étymologie
o 1.2 Les origines lointaines de l'État-providence : l'assistance publique de l'Empire romain à la Révolution française
+ 1.2.1 L'empire romain+ 1.2.2 La zakât
+ 1.2.3 Du Moyen Âge à la Révolution
# 1.2.3.1 Les Poor Laws anglaises
# 1.2.3.2 De Louis XIV à la Révolution
o 1.3 L'émergence du système assuranciel
o 1.4 L'interventionnisme social de l’État à la fin du XIXe
o 1.5 Les Guerres mondiales et la Crise de 1929
o 1.6Réflexion sur le rôle de l’État pendant la guerre
o 1.7 La mise en place de l'État-providence dans le monde occidental après 1945
+ 1.7.1 Les typologies
# 1.7.1.1 La typologie modèle Bismarckien versus modèle Beveridgien
# 1.7.1.2 La typologie de Gosta Esping-Andersen
+ 1.7.2 Au Royaume-Uni
+...
tracking img