Etat social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3302 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
 
Christophe Ramaux, économiste est loin s’en faut un des chefs de file en termes de recherche sur l’économie du travail et l’Etat Social en France. Maître de conférences à l’Université Paris I (Panthéon-Sorbonne), il effectue ses travaux au sein du Centre d’Economie de la Sorbonne et au Matisse, grâce auxquels il a acquis ses galons de jeune chercheur critique. Outre ses articlesportant en grand nombre sur le domaine de l’Etat et sa place dans le « social », C.Ramaux s’est aussi illustré quant à la question de la précarité et de la stabilité de l’emploi. En liant ces deux sujets de recherche que sont le travail et l’Etat social, C.Ramaux a pour ambition de théoriser l’Etat social.
Il est à noter ici que C.Ramaux ajoute le sous-titre de « Relire François Ewald 20 ansaprès l’Etat Providence». Ce dernier, philosophe et docteur en lettres, est un spécialiste du risque. Ancien assistant de Michel Foucault, François Ewald s’est illustré à travers un ouvrage « L’Etat-providence » (Grasset, 1986), qui pose la définition et l’émergence d’une théorie de l’Etat social axé sur le principe du risque et donc basé essentiellement sur le Code du travail de 1898.
Dans sonanalyse « Quelles théories pour l’Etat social ? Apports et limites de la référence assurantielle », C.Ramaux propose une relecture a posteriori du texte de François Ewald. Le choix de la préposition « pour » illustre le parti pris de l’auteur : il choisit de s’interroger non pas sur les théories de l’Etat social mais sur les théories qui peuvent se greffer sur celui-ci afin de le cerner. En effet, commel’explique C.Ramaux, la visée du texte n’est pas une tentative de théorisation de l’Etat social et plus particulièrement de la protection sociale mais une interrogation sur les limites de la théorisation élaborée par F. Ewald, afin d’y apporter des critiques constructives.
Dans cette perspective, notre problématique a été une relecture critique de l’analyse a posteriori effectuée par C.Ramauxafin d’en discuter certains apports et d’en relativiser d’autres.
            Notre relecture du texte de C.Ramaux débute par une synthèse de l’analyse de l’auteur (I). Nous verrons d’abord la présentation de ses nombreux apports qui font sortir l’Etat social du schéma risques/assurance (I, 1) puis nous verrons comment l'auteur dépasse cette définition (I, 2) pour finalement reconnaître à cetteréférence assurantielle une certaine force dans la définition de l'Etat social (I,3).  La seconde partie de notre travail s’articule autour de trois axes qui nous ont semblé pertinents (II) : une critique méthodologique d’abord (II, 1), puis une dénonciation d’une analyse trop figée dans le statique (II, 2) et enfin, l’utilisation des clés fournies par C.Ramaux dans l’analyse de problèmes actuels. Nousavons choisi de donner à cette partie la forme d’une discussion.
 
 
section 1 : synthèse du texte de Ramaux.
 
 
1.1.L'Etat social ne correspond pas dans les faits à une assurance, contrairement à ce que pense Ewald.
 
            Tout d’abord, C.Ramaux note que l'assurance est née dans un cadre et un but en opposition avec ceux de l'Etat social.
            D'une part, elle est apparueavec l'émergence du commerce  maritime, d’un désir de créer une protection en mer en dehors du champ d'action de l’Etat féodal fondé lui, sur le foncier.
D'autre part, il nous fait remarquer que d’après J.Hapérin l’assurance a émergé à des fins financières. Non seulement parce-que la volonté en apparence collective et solidaire de se prémunir des risques liés à la mer résultait d’une perspectivede gain. Mais aussi parce qu’elle est apparue afin de contourner l’interdiction d’usure de l’Eglise.
En d'autres termes, l’assurance voit le jour, non seulement dans une perspective de gain (et donc non fondamentalement sociale) mais aussi en dehors du champ d’intervention de l’Etat et même contre les volontés du pouvoir.
 
De plus, le système de protection sociale et celui d'assurance...
tracking img