Etranger, camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1836 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Etranger, Camus
2ème partie, chapitre 3

Ce roman d’Albert Camus publié en 1942 raconte l’histoire d’un français d’Algérie : Meursault. Le roman est composé de deux parties dont le pivot central est le meurtre de l’Arabe. La première partie débute par la mort et l’enterrement de la mère de Meursault et se termine lors du meurtre. La deuxième partie est le procès où le jugement rendu est lacondamnation à mort d’un homme qui a tué mais surtout d’un homme problématique qui ne se conforme pas aux valeurs de la société.
Notre extrait se situe dans la deuxième partie du roman pendant le procès et plus précisément au moment de l’audition des témoins.

Cet extrait offre une vision nouvelle du personnage de Meursault et de la société et on se demandera donc comment ce procès nous permetcette nouvelle vision.

Nous analyserons d’abord le procès et ensuite la société afin de répondre à notre question.

I) Un procès étrange

1) quel crime ?

Meursault est emprisonné et ici jugé pour le meurtre de l’Arabe.
Pourtant, ce meurtre n’est pas le sujet principal et la figure de la victime est très peu évoquée. Il y a une alternance entre les deux sujets qui font ce procès. L’autresujet semble étranger mais touche « de fort près » à l’affaire comme le dit le président. Il parle de la mort et notamment du jour de l’enterrement de sa mère. Meursault n’aime pas parler de sa mère, on l’a vu plusieurs fois depuis le début du roman, « cela m’ennuyait » comme il le dit lui-même à la page 133. Les deux questions qui lui sont posées par le président ont pour but de mesurerl’humanité de Meursault. Lorsque le procureur revient au meurtre de l’Arabe, il utilise une question oratoire : « Alors, pourquoi étai-il armé et pourquoi revenir vers cet endroit précisément ? ». Le pronom personnel « il » montre qu’il ne s’adresse pas à Meursault mais aux jurés et la phrase qu’il emploie a pour but d’affecter ce même jury.
Cette alternance et toutes les allusions à la mort de la mère deMeursault ont un effet sur l’avocat de Meursault qui « a bout de patience » résume le procès en s’écriant : « Enfin, est-il accusé d’avoir enterré sa mère ou d’avoir tué un homme ? ». En réponse, le procureur l’accuse « d’avoir enterré une mère avec un cœur de criminel ». Ces deux phrases sont représentatives de ce procès : d’une part Meursault qui est jugé pour avoir tué un homme et d’autre partil est condamné pour avoir enterré sa mère en se montrant insensible.

Les deux crimes semblent liés. Sa vie avant les crimes et tous les actes qui la composent lui seront reprochés pendant son procès. La Justice va se servir de cela pour le condamner.

2) Meursault et la Justice

En tant que journaliste, Camus a eu souvent l’occasion d’assister à des procès d’où le réalisme de celui-ci.On peut aussi lire dans l’Etranger comme une satire des institutions juridiques. Les représentants de la société du tribunal sont caricaturaux et sont en plein dans la comédie. On voit par exemple l’aspect théâtral lorsque le procureur se drape dans sa robe.
Nous avons aussi la vision que Meursault porte à la justice. Aux pages 131 et 132, les paroles rapportées du président nous livre un lieucommun mais qui est contredit par le « Selon lui » que Meursault rajoute.
Le fait qu’il déclare que son avocat emploie un ton péremptoire lorsqu’il s’exclame ; « Voila l’image de ce procès. Tout est vrai et rien n’est vrai ! » montre qu’il n’y a aucune objection possible à cette expression.
On voit qu’il est en contradiction avec ce qu’il lui arrive lors de ce procès mais à aucun moment il ne serévolte contre cette Justice.

On voit ici une des caractéristiques du personnage de Meursault qui est la passivité. En effet, il n’intervient pas et on pourrait même le considérer comme un spectateur de son propre procès.

3) Spectateur de son procès

On a remarqué un don d’observation chez Meursault depuis le début du roman. Il s’intéresse à des éléments sans importance comme les...
tracking img