Etre et paraitre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3018 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A la gloire du grand architecte de l’univers,
Très vénérable, et vous tous mes frères en vos grades et qualités.

J’ai été convié à vous présenter ce soir mes réflexions sur cette relation : être et paraître.
Une relation bien confuse tant il est difficile de préciser le concept d’être et qui souvent incite à un jugement préconçu, consistant à préférer spontanément, sans y réfléchir, l’êtresur le paraître.
Une relation complexe également et immensément riche de surcroît. Elle interroge en effet la multiplicité des dimensions de la vie humaine ; questionnant tout autant la possibilité d’accès à la vérité, que la relation de l’homme à lui même, aux autres, au monde et au sacré...
Autant comme conscience réceptrice, parfois à l’écoute, de la manière dont l’extérieur et l’intérieur seprésentent à notre esprit ; dont les sensations, les images, les idées prennent corps, naissent et apparaissent.
Autant comme acte de production, de création lorsque le sujet perçoit, pense et agit, et qui consiste à donner une forme, à informer une matière intérieure ou extérieure, donc à faire paraître ; autrement dit, lorsque le sujet et l’objet s’informent réciproquement et simultanément dansla mystérieuse danse de la vie.

Dès lors, de nombreuses sciences de l’homme et de la matière s’inquiètent de cette articulation de l’être et du paraître.
A commencer par la philosophie qui lui a même donné une discipline à part entière, l’ontologie ou science de « l’être en tant qu’être ». Laquelle indique la quête problématique de la nature propre de ce qui est, au-delà et en deçà des formesparticulières qui apparaissent.
Par l’épistémologie, qui s’interroge de la possibilité d’accès de l’homme à une vérité objective, absolument vraie ; notamment lorsque la science interroge les lois du monde et de la vie. La théorie de la relativité lui a d’ailleurs offerte bien des migraines…
La sociologie, la psychologie, l’anthropologie questionnent à leur tour la manière dont l’homme devientdans et par la relation à autrui et au monde ; à la fois être en qualité de sujet conscient et objet qui apparaît à sa propre conscience et à celle d’autrui.
Par l’histoire également ; car la manière dont l’être nous apparaît aujourd’hui en conscience, et ce que nous paraissons est nécessairement à mettre en lien avec le devenir des relations de l’homme à sa culture, à son histoire personnelle etplus globalement dans sa relation à son environnement.
La relation « être et paraître » s’instruit aussi d’une réflexion sur l’art et tout particulièrement, lorsqu’à la manière de Kandinsky, elle investigue « le spirituel dans l’art », l’être dissimulé. L’art est ainsi invitation à traverser le pont, entre fini et infini, entre présent qui paraît et présence qui est. Ce qui apparaît à laconscience comme beau nous invite alors à passer sur l’autre bord, sur le versant de la transcendance.
En approfondissant cette perspective, l’articulation de l’être et du paraître nous conduit à interroger l’homme, dans sa verticalité, dans sa relation au divin, entre immanence et transcendance.
De manière plus globale, la relation qui nous occupe, interpelle toutes les disciplines qui traitent desquestions cruciales : Qui suis-je ? D’où est-ce que je viens ? Que dois-je faire ? Où vais-je ?
A cette énumération, vous conviendrez que je ne pourrais ce soir qu’entre ouvrir quelques portes, et que de nombreuses resteraient à ouvrir pour épuiser les richesses de cette relation de l’être et du paraître. Et qui, pour beaucoup, seraient dignes de l’intérêt d’un compagnon maçon qui vient de passerdu ternaire au quinaire ; qui re-découvre l’extériorité, le monde de la matérialité.

Sur le site internet de la province de Neustrie, il est affirmé, sans autre précision, que le franc maçon « éprouve plus de joie à être qu’à paraître ». Comme ci cela allait de soi ; à la manière paradoxale de nombreuses publicités qui interpellent l’individu consommateur en lui enjoignant d’ « être lui...
tracking img