Etre vivant c'est être fait de mémoire. si un homme n'est pas fait de mémoire il n'est fait de rien.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1725 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Etre vivant, c’est être fait de mémoire. Si un homme n’est pas fait de mémoire. Il n’est fait de rien.

Passé, présent, futur. Trois mots. Trois temps. On ne peut plus changer le premier, on ne se rend pas compte que le deuxième passe, on en peut pas prévoir le troisième. Et aujourd’hui, c’est pourtant bien à ce dernier que l’on pense quand on fait quoique ce soit. On veut absolument« réussir » notre futur. Quant au passé, on ne voit en lui que nos erreurs. On se dit presque tous les jours : « Et si j’avais fait cela… et si, et si ? » On a souvent pour notre passé deux choses : des regrets et des remords. Pourtant il ne faudrait pas oublier qu’aujourd’hui est le résultat d’hier et demain est le résultat d’aujourd’hui. Notre passé regorge de trésors : des joies, des fiertés, du bonheur, maisaussi de la tristesse, des êtres disparus, des peurs, des pleurs. « Etre vivant, c’est être fait de mémoire. Si un homme n’est pas fait de mémoire, il n’est fait de rien ». Philip Roth, écrivain du XXème, semble s’être rendu compte de l’importance que revêt le passé pour nous, êtres humains. Mais en quoi avoir une mémoire fait-il de nous des êtres vivants ? Et même avant tout qu’est-ce que lamémoire ?

Ce qui fait qu’on se rappelle. Oui, mais encore ? Tous nos souvenirs. Oui mais encore ? ... Les scientifiques, eux, nous diront que c’est une aptitude ou une capacité à enregistrer, archiver et à réutiliser des informations. Alors oui, scientifiquement, ils ont totalement raison, mais, au fond, la mémoire c’est tellement plus. On se définit en tant qu’animaux pensants. Cet adjectifmarque le fossé qui nous sépare des animaux. Nous avons cette capacité de penser qu’ils n’ont pas, ou en tout cas, pas comme nous. Mais il faudrait ne pas oublier une chose très importante : sans la mémoire on ne penserait pas. Pour penser, il nous faut une base sur laquelle fonder notre réflexion. Et d’où pourrait-elle bien venir cette base? De la mémoire, purement et simplement. Imaginez un immensevide à la place des souvenirs, vous ne connaissez plus rien, vous ne vous rappelez pas de son, d’image, d’odeur… Pourriez-vous réfléchir, imaginer? Je ne le pense pas, non.
Tout comme penser, se souvenir se fait sans aucun effort particulier, on stocke chaque jour de nouvelles choses. C’est comme inclus dans notre condition d’humain. Bien sûr, on est obligé de faire des efforts pour apprendre unvocabulaire ou une formule. Un homme ne peut pas se rappeler de tout ce qu’il perçoit, il lui faut s’appliquer certaines fois.
A quel âge commence-t-on à se rappeler ? 4-5 ans… .Et à quel âge commençons-nous à penser et à réfléchir ? 4-5, aussi environs, non ? Parce que penser, c’est créer et réfléchir sur ce qu’on a entendu, sur ce qu’on a vu. Bien sûr, c’est penser qui fait de nous des êtreshumains, mais c’est parce qu’on sait utiliser notre mémoire pour comprendre le monde qui nous entoure, qu’on peut le faire. La mémoire nous est indispensable. Mais un amnésique peut penser, allez-vous me dire, alors qu’il a perdu la mémoire. Un amnésique peut toujours retrouver ses souvenirs, il ne les a pas définitivement perdus. Ce qui arrive, c’est comme si un verrou se pose sur son inconscientoù sont gardé ses souvenirs. Il suffit d’ouvrir ce verrou pour qu’il recouvre ses souvenirs. Mais avant tout un amnésique ne perd que les souvenirs lui sont relatifs. Il ne perd apparemment pas les souvenirs qui lui sont extérieurs et basiques, comme savoir ce qu’est une table ou qu’on mange avec des couverts. Il oublie son identité, mais ce n’est pas celle-ci qui lui permet de penser. Unamnésique oublie qui il est en tant qu’individu. La mémoire c’est ce que nous sommes, des hommes et qui nous sommes, un individu. Et comme chacun de nous a des souvenirs différents, chacun pense différemment.

Nous commençons, donc, à nous souvenir autour des 4-5 ans, nos premiers souvenirs sont généralement des évènements qui nous ont particulièrement marqués ; une première joie ou une...
tracking img