Etude de cas bioria

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1046 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Etude de cas : Le cas Bioria

Pour ce cas, nous admettrons que l’entreprise Bioria est une entreprise française.

L’entreprise Bioria, multinationale dans l’agroalimentaire souhaite réduire ses coûts de transports en s’implantant sur des marchés émergents. Elle conclut un accord avec une entreprise située en Roumanie. Néanmoins, cette coentreprise est sujette à certains risques :

• Lestiers risquent de perdre confiance en cette coentreprise. En effet, l’entreprise roumaine amène ses dettes à hauteur de 40 millions d’euros ; les investisseurs seront réticents à investir dans cette coentreprise. Or, ce partenariat nécessite des investissements notamment en termes d’immobilisations, de matériels sophistiqués pour la préparation des produits laitiers, de laboratoires, etc… … Deplus, l’image renvoyée par cette coentreprise située en Roumanie risque d’impacter très fortement l’opinion des consommateurs, l’entreprise Bioria risque de voir son image de marque se dégradée dans le monde entier.

• Les risques liés à l’hygiène et à la sécurité des aliments pourraient être des problématiques auxquels serait confrontée l’entreprise Bioria. En effet, le secteur des produitslactés requiert une certaine hygiène quant au traitement des produits laitiers. En France, l’innocuité des aliments est primordiale dans la préparation des produits alimentaires, et d’autant plus celle des produits lactés. Or, les normes d’hygiène et de sécurité des aliments en Roumanie doivent différer quelque peu des normes appliquées en France.

• Ce risque lié à la sécurité amène donc unnouveau risque qui est le risque lié au détournement de marchandises. En effet, les entreprises françaises sont, en général, dotées d’un système de sécurité quant à l’entrée et à la sortie de marchandises dans les entrepôts. Mais, on ne connaît pas les normes de sécurité mises en place dans les entreprises roumaines. Cela risque de mettre en péril la bonne marche de cette coentreprise.

•Les ouvriers en Roumanie ne sont pas formés de la même manière qu’en France. Le défaut de compétences des ouvriers roumains risquent donc de mettre en pérennité ce partenariat. En effet, l’entreprise Bioria dispose d’un savoir-faire dont ne disposent pas l’entreprise roumaine.

Question 2

L’audit interne

Les objectifs de celui – ci sont :

• L’exactitude et la fiabilité des donnéesfinancières,
• L’identification et la réduction au minimum des risques d’exploitation de l’organisation,
• La bonne conformité aux exigences du(es) référentiel(s) de l’entreprise (procédures, lois, règlements et directives internes),
• La vérification de bonnes dispositions organisationnelles (processus) et opérationnelles (procédures, instructions, etc…) établies, connues, compriseset appliquées,
• L’utilisation efficace et économique des ressources,
• L’identification de pistes d’amélioration et des recommandations pour conduire l’entreprise vers le progrès.

Les modalités mises en œuvre sont les suivantes :

• Lors de la phase préparatoire :
L’auditeur prend connaissance du référentiel applicable à sa mission. Il prépare les tests d’audits qu’ildevra effectuer pour mener bien à sa mission.

• Lors de la phase de test :
Il réalise ses tests par le biais d’entretiens, de circularisation de tiers, visite de site, collecte d’informations internes.

• Lors de la phase de synthèse :
L’émission d’un rapport faisant apparaître des recommandations. Un tableau de suivi pourra également être élaboré pour connaîtrel’avancement des actions mises en place.

L’audit externe :

Les objectifs de celui – ci sont :

- Régularité : émettre une opinion sur la sincérité des états financiers d’une entreprise conformément à un référentiel comptable donné,

- Image fidèle de l’entreprise : traduire de manière régulière et sincère, la situation financière de l’entreprise,

- Sincérité: valider la...
tracking img