Etude de cas zara

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 18 (4344 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 7 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :
Le marché du textile est exploité par quelques grands groupes mondiaux dont le groupe Inditex qui regroupe plusieurs marques.
Le métier de Inditex est de créer et gérer des marques tel que Pull&Bear, Stradivarius, Massimo Dutti, Zara … Tout cet ensemble de marques lui permet d’être présent sur différents segments. On peut dire qu’Inditex a une stratégie Corporate, car c’estlui qui fait office de direction générale des marques, il a une stratégie de portefeuille, il décide les secteurs dans lesquels il doit être présent.
Zara, créée en 1963 par un espagnol, Amancio Ortega, a un métier différent. En effet, Zara créée des lignes de vêtements, et les commercialisent dans ses boutiques. Elle a donc plutôt une stratégie Business, c'est-à-dire qu’elle a une direction dedivision qui applique ce qui a été décidé par le groupe Inditex, elle a un stratégie de domaine, elle cherche des solutions pour lutter dans chaque secteur ou elle est présente.
I.L’analyse externe de Zara

L’environnement représente la source des moyens d’existence pour une entreprise, mais dans le même temps, une source des menaces comme les nouveaux concurrents, nouvelles exigencesréglementaires ou l’apparition des nouvelles innovations technologiques.
Il est donc vital pour les managers de faire non seulement une analyse interne mais aussi une analyse externe de l’entreprise afin d’anticiper et influencer ses évolutions.
Dans ce contexte, pour pouvoir illustrer l’environnement de Zara, on va passer en revue les modèles le plus utilisées pour l’analyse externe de l’entreprise.Le modèle des 5(+1) forces de PORTER

Le modèle défini par Michael Porter permet d’évaluer l’attractivité d’une industrie en termes d’intensité concurrentielle afin d’identifier sa “structure”.
Ainsi, Porter a identifié cinq forces: la menace d’entrants potentiels, la menace de substituts, le pouvoir de négociation des acheteurs, le pouvoir de négociation des fournisseurs et l’intensité dela concurrence, chacune de ces forces pouvant capter une partie de profit généré globalement et aussi déstabiliser ainsi l’équilibre du secteur à son avantage. En plus, une sixième force a été ajouté , celle du rôle de l’Etat.
À travers des réglementations, des subventions ou de taxation, l’état peut accroître ou réduire l’avantage concurrentiel obtenu par l’entreprise.
Pour le cas deZara, voici le schéma contenant les 5(+1) forces de Porter.

Menace des entrants potentiels (élévé) Intensité concurrentielle
(élévé)

Pouvoir de negociation des fournisseurs(faible) Pouvoir des clients(faible)

Pouvoir de l’état Substituts
(moyenne) (faible)

Pour explique le schéma ci-dessus, on a consideré les pouvoir des clients et les menaces des produits de substitutioncomme ayant une force assez faible sur l’entreprise, donc ils vont pas avoir un impact considérable sur l’intensité concurrentielle.
En revanche, en ce qui concerne l’intensité concurrentielle et la menace des nouveaux entrants, le rapport est plus elévé. Ainsi, on peut citer ici pas seulement des concurrents directs comme Jacadi, Big Dil, Armel, Orchestra, et autres, mais aussi les franchisesH&M, Mango ou Morgan ou le petit commerce qui opère d’une manière très souple sur le champ de la clientèle Zara, mais se n’est pas une raison de le négliger, on peux compter quelque dizaines de magasins qui font du prêt à porter et qui commercialisent des marques internationales au prix compétitif, on peut y trouver du Jenniffer, du Pimkie, ou du Gap.
* H&M :Concurrent directs deZara, H&M offre des vêtements à bas prix mais à moindre qualité comparé à Zara qui a su proposer des vêtement de qualité à un prix bas.
* MANGO : C'est aussi une franchise Espagnole. Ils ont un choix gentil de l'habillement mais un choix faible des chaussures. Les modèles d’habillement reste moins fashion que celui de Zara et tendent à ne pas être tranchant.
* MORGAN : C'est un...
tracking img