Etude de cas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4337 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

La société Bio est une petite société de biotechnologie, créée en 1987. La Recherche et le Développement ainsi que la Production et la Commercialisation des produits sont ses deux grandes activités.
La Recherche et le Développement concerne le secteur de la santé animale, en particulier la recherche de produits destinés à la pisciculture. Cette activité est de plus en plus «verticalisée » avec le passage à la production et à la commercialisation de certains produits mis au point par la cellule Recherche et Développement. Dans un même temps, la société développe progressivement la commercialisation de produits et d’équipements pour les laboratoires de biologie moléculaire (PBM) qui s’avère être plus rentable à court et moyen terme.
Problématique : Au cours de sonexistence, du fait de sa réussite et de sa croissance, cette entreprise a connu de nombreux changements structurels et stratégiques. On constate aujourd’hui des dysfonctionnements, l’entreprise n’a pas su faire évoluer son organisation suite au développement rapide de l’activité PBM au sein de la société.
Après avoir analysé en détail les évolutions structurelles et sociales, ainsi que les conflitssurvenus dans l’entreprise, nous établirons les différentes solutions possibles afin de remédier aux problèmes structurels et humains.

I – ANALYSE ET DIAGNOSTIC DU CAS BIO :
A- HISTORIQUE :
L’idée de création de l’entreprise BIO est née dans l’esprit d’un professeur d’université en 1985. Après deux ans de mise en place, la société de biotechnologie est effectivement créée. Il entend ainsivaloriser les travaux qu’il a effectués avec ses collègues aux USA.
Dans un premier temps, la société fonctionne grâce à des soutiens extérieurs : partenariat avec une firme agro alimentaire et fonds publics. La société occupe des locaux de l’université, son pôle d’activité est la recherche de produits pour la pisciculture. Elle compte seulement 4 chercheurs qui ont pour objectif de mettre au point unvaccin pour une firme.
En 1989, grâce aux succès de certains projets, dans le domaine des hormones de croissance, le directeur général décide de mettre en place la production et la commercialisation de certains médicaments et produits de biologie moléculaire.
En 1992, l’entreprise s’installe dans des locaux à côté de l’université. La branche PBM prend le pas sur la Recherche et le Développementet devient l’activité principale de la société du fait de sa haute rentabilité. A cette époque, l’entreprise regroupe 50 employés dont les chercheurs et les universitaires, mais aussi du personnel de secrétariat, des techniciens de laboratoires et des vendeurs.
Avec la réussite commerciale de l’entreprise, l’appel au financement externe entraîne l’arrivée de financiers et d’actionnaires. Cesderniers ont une conception de la société différente de celle des fondateurs. Par ailleurs, pour poursuivre son rythme de croissance, la société doit réorganiser sa structure : elle n’est plus la micro entreprise du début. B- STRUCTURE :
La structure de départ :
Au tout début l’activité première de la société était la R&D dans le secteur de la santé animale et plus spécifiquement dans les produitsdestinés à la pisciculture. De ce fait nous ne pouvons étudier que la structure de cette activité, la seconde (PBM) étant à cette époque accessoire et quasi inexistante.
ÿ Il s’agit d’une structure plate et horizontale. En effet, la société n’était composée que de 4 personnes : le fondateur et les chercheurs. Il n’y avait donc pas de niveaux hiérarchiques.
ÿ Selon Burns et Stalker, on peutqualifier la structure d’organique. Chaque salarié participe aux décisions au delà de ses responsabilités, il y a beaucoup de communication latérale. On préfère faire circuler des informations plutôt que de donner des ordres. Ce sont des organisations très souples.

Woodward quand à lui définit la structure d’organique de par la nature de l’activité R&D. Il pense que la technologie est le facteur...
tracking img