Etude de la fin de l'etranger de camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2220 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Scène finale de l’Etranger. Roman qui retrace une partie de la vie de Meursault, personnage-narrateur, qui raconte sa vie au jour le jour. Un jeu de circonstances l’amène à tuer un arabe, et il est condamné à mort. Peu de temps avant l’exécution, un aumônier pénètre dans sa cellule et tente de le réconforter et de lui faire accepter Dieu et la repentance. Mais ses paroles de douceur et d’espoirmettent Meursault hors de lui. Après une longue et terrible révolte, Meursault a une révélation qui lui permet enfin de trouver le bonheur.

Nous tenterons donc de voir comment, en découvrant dans ce monologue tragique toute l’absurdité de la condition humaine, Meursault parvient-il à la paix et à l’acceptation de soi.





I. Un monologue tragique.



1. Uneconstruction très rigoureuse



- Construction en deux partie, très nettement séparées dans l’extrait : « alors, … » et « lui parti, j’ai retrouvé mon calme »

- S’articulent autour de la présence et de l’absence de l’aumônier. C’est l’opposition entre l’homme confronté à autrui, et l’homme seul avec lui-même.

- Deux narrations très différentes. Première partie :Discours indirect libre (noter les passages évidents). Fait entendre la voix même de Meursault, rend la révolte encore plus vivante, plus violente. Permet de voir à quel point il s’en prend à l’aumônier + oralité du discours presque théâtrale ici. Effet de réel très net avec l’interruption de la dernière phrase, qui mime l’étouffement ressenti.

- De la révolte à la paix. Chacune desdeux parties s’articule autour de ces deux thèmes : noter les deux champs lexicaux très présents.





2. Une véritable catharsis



- La présence de cette révolte, la présence si nette du tragique évoque évidemment le schéma cathartique.

- Présence du tragique : solitude du héros, face à l’aumônier qui représente « tous les autres ». A la fois dans le DIL etdans le monologue intérieur. Mention de la mort, du destin. Martèle sans arrêt le « je » de la P1.

- La révolte intérieure propre à la catharsis : « crier à plein gosier », « déversais sur lui tout le fond de mon cœur », « bondissements mêlés de joie et de colère », « j’étouffais en criant ceci ». Véritable purgation des passions. Voir la réaction du prêtre : « les yeux plein de larmes».

- La preuve : le second moment de l’extrait correspond à un calme, une forme de dépassement de soi-même, ou encore l’accès au sublime : « j’ai retrouvé le calme », « épuisé », « merveilleuse paix », « pour la première fois depuis longtemps », etc.





3. Vers la nécessaire acceptation de soi



- C’est par ce mouvement en deux parties qui ressemble fort à laterreur et à la pitié de la catharsis antique que Meursault peut s’affirmer comme homme.

- Première partie montre déjà cette affirmation de soi dans la violence : « Moi, j’avais l’air », « Mais j’étais sûr de moi », « Oui, je n’avais que cela », etc. relever la très forte présence de la première personne, la construction parallélique des phrase et l’opposition aux autres quin’apparaissent que comme des figurants.

- Dans la deuxième partie, c’est l’acceptation : « Et moi aussi, je me suis senti prêt à tout revivre. Comme si cette grande colère m’avait purgé du mal ». On relève le verbe « purger » qui rappelle bien la purgation cathartique, et la notion du « mal » bien sûr. Libéré de ces mauvaises passions, Meursault est enfin libre : « je m’ouvrais pour la premièrefois à la tendre indifférence du monde », « j’ai senti que j’avais été heureux et que je l’étais encore.

- Meursault peut enfin, comme tout héros tragique, accéder au sublime par la mort.



















II. L’absurde paradoxe de la condition humaine.





1. La disparition de la linéarité du temps



- Tout au...
tracking img