Etude de la parenté entre l'egypte et le reste de l'afrique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4078 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Etude de la parenté entre la civilisation égyptienne et le reste de l’Afrique
 
Les directions de recherches tracées, explorées, défrichées par Cheikh Anta DIOP dans Nations nègres et Culture ainsi que dans ses écrits postérieurs sont nombreuses : l'origine africaine de l'humanité, l'étendue du substratum nègre de l'humanité en dehors du continent africain, l'origine noire de la civilisationégypto-nubienne, l'antériorité de la Nubie sur l'Égypte, l'origine du monde sémitique, l'identification des grands courants migratoires et la formation des ethnies africaines, la parenté linguistique entre l'Égypte et l'Afrique noire, l'ancienneté de l'âge du fer en Afrique, l'apport de la pensée africaine à la civilisation occidentale dans les domaines des sciences, des arts et des lettres, laformation des États africains après le déclin de l'Égypte, et la continuité du lien historico-culturel jusqu'à l'aube des temps modernes, le développement des langues africaines, etc.
S'agissant de l'étude de l'Egypte pharaonique et de son appartenance à l'univers négro-africain, il écrit :
"Partant de l'idée que l'Égypte ancienne fait partie de l'univers nègre, il fallait la vérifier dans tous Iesdomaines possibles, racial ou anthropologique, linguistique, sociologique, philosophique, historique, etc. Si l'idée de départ est exacte, l'étude de chacun de ces différents domaines doit conduire à la sphère correspondante de l'univers nègre africain. L'ensemble de ces conclusions formera un faisceau de faits concordants qui éliminent le cas fortuit. C'est en cela que réside la preuve de notrehypothèse de départ. Une méthode différente n'aurait conduit qu'à une vérification partielle qui ne prouverait rien. Il fallait être exhaustif" (Cheikh Anta DIOP, Antériorité des civilisations nègres – mythe ou vérité historique ?, Paris, Présence Africaine, 1967, p. 275).
L'approche pluridisciplinaire constitue l'une des caractéristiques de la méthode de recherche  de Cheikh Anta DIOP qui,recourt, chaque fois que cela est possible, aux sciences exactes (méthodes de datations, analyses chimiques, etc.) pour contribuer à répondre aux multiples interrogations de l'histoire, plutôt que de s'épuiser en vaines polémiques.
Le colloque d'égyptologie du Caire, organisé par l'UNESCO en 1974, marque une étape capitale dans l'historiographie africaine, c'est-à-dire dans le travail d'écriture del'histoire africaine. Pour la première fois des experts africains ont confronté, dans le domaine de l'égyptologie, les résultats de leurs recherches avec ceux de leurs homologues des autres pays, sous l'égide de l'UNESCO.
Les participants ont été frappés par la méthodologie de recherche pluridisciplinaire introduite par Cheikh Anta Diop et Théophile Obenga dans le domaine de l'égyptologie. Lesrecommandations du colloque reflètent la solidité de l'argumentation présentée par les deux Africains au cours des exposés et des débats et traduisent l'avancée scientifique décisive qui en découle. Il a été clairement reconnu que pour la langue et sur le plan culturel en général, l'Egypte pharaonique appartient à l'univers négro-africain. En particulier, l'égyptologue Serge Sauneron (décédéaccidentellement quelques années après le colloque du Caire), spécialiste de la langue égyptienne, grammairien, initiateur de la réédition de l'imposant Catalogue de la fonte hiéroglyphique de l'imprimerie de l'Institut Français d'Archéologie Orientale (IFAO), reconnaît que l'égyptien ancien n'est pas apparenté aux langues sémitiques. Il souligne, se ralliant à leur méthode de recherche, tout l'intérêtdes travaux de comparaison linguistique présentés par Théophile Obenga et Cheikh Anta Diop.La légitimité scientifique de rechercher systématiquement les liens, quels qu'ils soient, entre l'Egypte ancienne et le reste de l'Afrique noire a été acquise au plan international.Le fait que l'Egypte ancienne soit traitée dans le cadre de l'Histoire générale de l'Afrique et la rédaction par Cheikh Anta...
tracking img