Etude de texte : "la science ne pense pas" de m. heidegger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1131 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« La science ne pense pas », voici ce que déclare Martin Heidegger dans un cours donné en 1952 à l'université de Fribourg-en-Brisgau. En effet, la formulation peut paraître surprenante car elle exclut du domaine de la pensée une activité qui en est le produit. Faire de la science suppose l’usage de la réflexion, de la raison, donc de la pensée. De plus, cette formulation semble faire passer lacommunauté scientifique pour des idiots, pour le dire de manière radicale. C’est en ce sens que cette déclaration a générée une vive réaction des scientifiques de son temps.

Mais ce n’est pas le seul problème que pose cette déclaration, implicitement, elle nous pousse à nous demander si la science ne pense pas, alors que fait-elle ?

Pour commencer, on doit comprendre sur quoi sebase Heidegger pour affirmer une telle chose, ensuite sur la science en elle-même et enfin les rapports qu’elle entretient avec la philosophie.

Pour comprendre sur quoi se base Heidegger pour prétendre que la science ne pense pas, il faut avant tout comprendre la notion de pensée, au sens large, la pensée est l'activité psychique consciente dans son ensemble, les processus par lesquelsl'être humain élabore, au contact de la réalité, des concepts qu'il associe pour apprendre ou pour créer. C'est aussi, une représentation psychique, un ensemble d'idées propres à un individu ou à un groupe, une façon de juger, une opinion (façon de penser), un trait de caractère (avoir une pensée rigoureuse), etc. Selon Aristote, penser c'est concevoir ; il s'agit en quelque sorte de « créationmentale » appuyée.

Avec une autre approche, on peut aussi saisir le sens qu'en donne Kant : « Penser, c'est unir des représentations dans une conscience [...] l'union des représentations en une conscience, c'est le jugement. Penser, c'est donc juger. » Bref la pensée est le summum de la subjectivité, or la science se veut être objective et valable en toutes circonstances, on peut citer leprincipe de causalité : les mêmes causes entraînent toujours les mêmes conséquences, par conséquent, la science rejette et cherche à se détacher de toute forme de subjectivité.

Ainsi, en rejetant la philosophie, la science ne peut d’aucune manière résoudre des problèmes philosophiques comme les problèmes de mathématiques ou la compréhension n’est que facultative voir superflue. Un ordinateurcalcule (le programme d'échecs Belle examine 29 millions de configurations en trois minutes...) mais ne pense pas. Il est capable de seulement reproduire ce qu'on lui a appris. Calculer, c'est manipuler, penser, c'est comprendre On peut calculer sans comprendre, sans même savoir à quoi correspondent les calculs. Nous l'avons tous fait en résolvant des équations à une ou plusieurs inconnues sans nousposer de question. Mais pour comprendre un problème, par contre, il faut convoquer sa pensée.
Il existe plusieurs types de raisonnements scientifiques dont le plus important est l’empirisme L'empirisme postule que toute connaissance provient essentiellement de l'expérience. Représenté par exemple par les philosophes anglais Roger Bacon, John Locke et David Hume, ce courant considère que laconnaissance se fonde sur l'accumulation d'observations et de faits mesurables, dont on peut extraire des lois générales par un raisonnement inductif, allant par conséquent du concret à l'abstrait. L'« empirie » est ainsi l'ensemble des données de l'expérience pure, considéré comme l'objet sur lequel porte la méthode expérimentale.

Ensuite, dans une dans une conception plus radicale, Auguste Comtefonda le positivisme, pensant que le monde pouvait se réduire à des phénomènes explicables par des "lois" exprimées en langage mathématique.

Mais on n’aurait jamais pu arriver à un tel niveau de science sans la philosophie. Certes un technicien n’a pas besoin de tout comprendre du moment qu’il maitrise la méthode, mais c’est grâce à la philosophie que l’on a mis au point ces mêmes...
tracking img