Etude des troglodytes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2086 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les lettres persanes, Montesquieu
Les quatre lettres des Troglodytes (XI, XII, XIII, XIV)

Montesquieu est un auteur du XVIIIème siècle et un homme de lois. En 1721 il publie anonymement les Lettres persanes sous forme de roman épistolaire. Il cherche par-là à donner une certaine authenticité au récit et aux critiques qu’il présente. Il permet aussi au lecteur d’adopter le regard del’étranger. L’histoire des Troglodytes se trouve dans un groupe de lettres (11 à 14) et qui constitue la réponse du sage Usbeck à son ami Mirza resté en Perse qui lui demandait d’expliciter sa pensée quand il affirmait " [que] les hommes sont nés pour être vertueux, et [que] la justice est une qualité propre à l’existence ". Mirza et Usbeck réfléchissaient alors à un sujet très débattu en cherchant àdéterminer " si les hommes étaient heureux par les plaisirs et la satisfaction des sens ou par la pratique de la vertu ". La lettre X marque l’entrée des thèmes moraux et politiques suivants : le bonheur, la justice, la vertu. Montesquieu décide ici de présenter ses conceptions de ses thèmes sous forme de mythe afin de mieux frapper ses contemporains. L'étude se fera par une analyse du mythe utopique, desprincipes moraux et politiques prônés par l'auteur.
1)Le Mythe utopique

Un des traits qui caractérise le mythe utopique dans « ce morceau d’histoire » est l’espace. Si Montesquieu invente tout un cadre autour de cette utopie politique, c’est parce que pour lui l’étendue d’un pays, son climat, influent sur ses lois et la forme de son gouvernement. Le cadre imaginaire déporte les critiques dela société dans un monde imaginaire, le lecteur réfléchi dans un autre cadre. Mais ce n’est pas l’unique raison de ce choix. Il a pour objectif ici de mettre en scène un sanctuaire préservé des autres, à l’écart. Leur lieu de vie est ainsi vu comme une sorte d’Eden, qui rappelle l'âge d'or. Ils sont organisés pour vivre en autarcie et donc n’ont pas de contact avec l’extérieur. Ce lieu est peudécrit, il est plutôt général car symbolique, mythique. Nous savons seulement que c’est un pays « naturel », avec uniquement des activités agricoles et pastorales « la terre semblait produire d’elle-même », « la nature ne fournissait pas moins à leurs désirs qu’à leurs besoins ». Nous avons un tableau mythique avec les troupeaux, les prairies, les bœufs, les charrues .
Toujours dans lescaractéristiques utopiques qui composent cette « fable », nous pouvons ajouter le temps. Plusieurs formules employées par l’auteur, comme par exemple « Il y avait », rappellent les origines de l'utopie, c’est de cette façon que l’on fait généralement débuter les contes. Le temps est ainsi transporté dans une autre dimension et nous avons l’impression qu’il ne s’agit plus tellement de notre monde, Montesquieu nese risque pas non plus a délimité son anecdote, la rendant par la même occasion intemporelle et universelle, applicable quelle que soit la situation et l’époque, on retrouve donc ici les facteurs piliers de l'utopie classique. Mais nous faisons automatiquement une régression temporelle, le lecteur imagine qu’il s’agit d’un retour à une société primitive et heureuse, miraculeusement préservée,comme l'âge d'or. Par le fait que ce soit un lieu isolé et préservé, le lecteur vient à penser qu’il s’agit en fait du degré zéro de l’histoire, ou plutôt d’une sorte d’étape consécutive à une auto-extermination causée par l’inconséquence des anciens troglodytes, que Montesquieu assimile à l’être humain en général.
La source de ce mythe se fonde sur deux troglodytes qui sont à la base du peuplevertueux. Ce sont des êtres « singuliers » car ils sont tout d’abord uniques, distincts des autres mais surtout ils possèdent les qualités que l’on attendrait chez tout homme. L’équilibre de caractère et de vie qu’ils ont su préserver rentre dans le phénomène de mythe mit en place par Montesquieu. Pour faire ressortir cela l'auteur utilise les termes « Petit peuple » ; « bœufs »; « hommes » par...
tracking img