Etude dom juan i, 2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1852 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Acte I scène 2 » Dom Juan Molière

Intro :
1665 est un moment particulier pour Molière, il vient d’essuyer l’échec de Tartuffe ce qui le contraint à écrire une nouvelles pièce rapidement pour sa troupe. Il reprends donc le mythe de Dom Juan à son propre compte et imagine le personnage de Sganarelle qui n’était pas dans la version de Tirso de Molina où il y avait un simple valet. Il arenoncé à Tartuffe mais reprends quand même le thème principal qui était l’hypocrisie sociale et religieuse pour sa pièce Dom Juan. Nous étudierons un extrait de la scène 2 de l’acte I faisant partie de la scène d’exposition. Cette exposition avait déjà commencé dans la première scène car Sganarelle discutait avec Gusman, le valet d’Elvire que Dom Juan avait enlevé a son couvent, l’avait épousé puisdélaissé. Dans notre scène quel autoportrait Dom Juan fait il de lui même, cet autoportrait correspond t’il à la version de Sganarelle dans la scène précédente. Nous étudierons donc d’abord le portrait de Dom Juan, son personnage puis ses idées, les valeurs et enfin les relations maître valet.
I)L’autoportrait de Dom Juan

1) Libertin
Le terme de libertin vient de « libertinus » = esclaveaffranchi. Désigne XVIIe un homme détaché des croyances rel et de ce fait, réputé de mœurs dissolues
I,1 : « c’est un épouseur à ttes mains »
Mœurs dissolues
Défi face à la rel « va, va, c’est une affaire..peine »L111-113
Don Juan revendique une liberté absolue

Il remet en cause les regles morales traditionnelles, son personnage est instable, ce qui montre sa volonté de liberté. Il manipule lesautres et est plein d'orgueil, il méprise ceux qui n'ont pas la meme philosophie. C'est un personnage dominateur a travers l'amour.

Au 17e siècle le libertinage n’as pas le même sens : c’est quelqu’un qui revendique sa liberté, liberté d’esprit. Il se détache ainsi de la morale conventionnelle sociale et religieuse. Il refuse les concepts chrétiens, le mariage les contraintes. Le mariage est unsacrement : s’opposer au mariage c’est s’opposer aux manières divines. « un faux honneur d’être fidèle » Il est donc libertin il exprime sa liberté.

2) Epicurien

Dom Juan est un épicurien. Sganarelle le présente comme un pourceau d’épicure. C’est une forme d’insulte. Epicure est un moraliste, philosophe grec du 4e siècle avant Jésus Christ. Il prescrit de vivre selon les lois de la nature.
«et rends à chacune les hommages et les tributs où la la nature nous oblige » L59 pour Dom Juan elles sont pour lui plus importantes que les lois de la religion et de la société. Cet épicurisme ce caractérise par la recherche de la jouissance, le plaisir des sens. L 145 « on goûte une douceur extrême » Le goût le contact la douceur : on est bien dans ce qui est sensuel. « a ce que je vois d’aimable» « je conserve des yeux pour voir » « plus d’yeux pour personne ».
Renforcé par euphémisme « je cède facilement à cette douce violence »L55

3) « grand seigneur méchant homme »

Il est grand par son titre et manifeste un sentiment de supériorité écrasante par rapport aux autres. Il à de l’orgueil. Il utilise une comparaison franchement hyperbolique à Alexandre le grand « comme Alexandre ».Il considère ridicule ceux qui agissent différemment « la constance n’est bonne que pour les ridicules ». Dom Juan se montre manipulateur, pervers, hypocrite : il joue la comédie « hommage » « transport, larme soupir » manifestations manipulatrices.

II) La conception de l’amour de Dom Juan

C’est un texte argumentatif

1) Structure du texte argumentatif

Le ton de DJ est véhément pourdénoncer d’abord les liens du mariage : il utilise une question rhétorique et le procédé de la répétition dans une phrase construite en trois parties sur un rythme croissant ternaire pour mieux souligner le scandale moral que représente à ses yeux l’institution du mariage, connoté de façon négative par la notion d’entrave : « Quoi ? Tu veux qu’on se lie à demeurer (…), qu’on renonce au monde...
tracking img