Etude du personnage de jocaste la machine infernale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1161 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1) Onomastique

Le nom de Jocaste – mère d’Œdipe – n’a pas été inventé par Cocteau lui-même ; En faisant une nouvelle adaptation pour la scène théâtrale l’histoire du mythe d’Œdipe, Cocteau a conservé dans La machine infernale les noms de certains personnages – dont celui de Jocaste – de la tragédie antique Œdipe roi de Sophocle.

2) Description Physique

La machine infernale étant unepièce de théâtre, il n’y a pas, dans les didascalies, de description physique à proprement parler ; l’auteur, et c’est le genre qui l’impose, donne des indications précises, mais qui se rapportent à des entrées ou des sorties de scène des personnages ainsi qu’à des détails portant sur les accessoires. Si ce n’est la didascalie de l’acte 1, p.47 « Elle a un accent très fort : cet accent internationaldes royalties. », les didascalies ne donnent pas de caractéristique physique du personnage, afin que le metteur en scène, lors de la réalisation théâtrale de la pièce, ait un libre choix de l’acteur qu’il prendra. Nous pouvons cependant déduire de la lecture que Jocaste devrait être une femme d’une quarantaine d’années, puisqu’elle a déjà un fils d’une vingtaine d’années, Œdipe, qu’elle épousera.Nous pouvons aussi retenir qu’elle est parée de nombreux bijoux et accoutrement qui l’encombrent et qui la ridiculisent « CITATION DANS ETUDE ». Certains traits de son caractère se dévoilent au fil des scènes et c’est au travers de ses réactions et de ses répliques que le personnage de Jocaste va se dessiner. De prime abord, Jocaste n’apparaît guère à son avantage. Toujours en colère, elle nepossède ni l’allure altière ni la dignité conférées d’ordinaire aux personnalités de son rang. Elle est maladroite ; les « voiles » qu’elle porte l’embarrassent, son « écharpe » qui traîne jusqu’à terre la gêne.Sa grosse broche en or risque à chaque instant de crever les yeux de ses interlocuteurs.
Atteinte d’une grande nervosité, elle crie, récrimine et s’agace de tout, « Il faut empêcher cettemusique ! Il faut que ce scandale cesse immédiatement ».

3) Portrait Moral

Jocaste éprouve un fort sentiment de culpabilité qui se traduit par des cauchemars à répétition représentant toujours la même scène : un nourrisson, dont elle cherche à se débarrasser, mais qui sous la forme d’ une « pâte gluante » lui « revient à toute vitesse » à la « figure ». « […] je berce une espèce de nourrisson.Tout à coup, ce nourrisson devient une pâte gluante qui me coule entre les doigts. Je pousse un hurlement et j’essaie de lancer cette pâte, mais […] c’est immonde… Cette chose, cette pâte reste reliée à moi et quand je me crois libre, la pâte revient à toute vitesse et gifle ma figure. Et cette pâte est vivante. ».
Depuis la disparition de son enfant qu’elle croit mort, comme pour expier sa faute,Jocaste conserve près d’elle un berceau dans sa chambre « Depuis la mort de l’enfant, il me le fallait près de moi, je ne pouvais pas dormir… »

4) Portrait Psychologique

La reine Jocaste, en proie à une inquiétude qui la dévore, se montre autoritaire et tourmentée à la fois, curieuse et futile aussi en prétendant aller s’amuser dans les boîtes de nuit de la ville. Elle est maniaque, eneffet, elle ne cesse de compter les marches d’escaliers. Avec Œdipe, elle se comporte davantage en mère qu’en épouse, elle l’appelle tour à tour « gros bébé », Là, là, sois sage », « mon pauvre adoré ». La frustration maternelle de jocaste ressurgit quand elle decouvre les cicatrices qu’oudip porte aux pieds. Un malaise le saisit, au souvenir que ces cicatrices lui rappelent . Contrainte d’abandonnerson nouveau-née, sa « sœur de lait », raconte elle, avait troué les pieds de son nourisson afin d’y passer une corde et de le transporter « en cochette sur une montagne’. Jocaste éprouve une compassion horrifié pour cette mère. « Imagine, dit elle à oedip, la force qu’il faut à une malheureuse pour suprimer la vie de sa vie… le fils de son ventre, son ideal sur la terre, l’amour de ses amours....
tracking img