Etude quantitative du marché de la bière

Mémoire Marketing : La bière

I / La demande.

a) Etudes quantitatives

Le marché de la bière, en France, représente plus de 21 millions d’hectolitres et plus de 2 milliards d’euros deChiffres d’Affaires, mais aujourd’hui on assiste à un ralentissement du marché. Les ventes baissent, - 4 % en volume et – 1 % en valeur en 2007. Cette baisse des ventes représente le marché dans saglobalité mais il existe plusieurs segments : les bières de spécialités, les bières blondes et de luxes, les bières sans alcools et lights, les panachés, et les bières spéciales. Il faut savoir quechacun de ces segments évolue d’une manière différente, par exemples, + 88 % en valeur pour les bières light et – 31 % pour les bières panachés.

[pic]
[pic]

Le marché de la bière est doncdécomposé de plusieurs segments, avec des parts de marché différentes : les bières de blondes et de luxe 46,9% du marché en volume, bières de spéciales 24,8%, bières de spécialités 20,2%, panachés 4,3%et autres bières light et sans alcool, 3,8%. En valeur, les parts de marchés ne sont pas proportionnels au volume, en effet les bières de spécialités, par exemple, qui représente quasiment la moitiédu volume des bières de luxes, à un chiffres d’affaires presque aussi lourd que celle-ci.

[pic]

[pic]

La consommation de bière, en France, représente 22 million d’hectolitres, en2007, ce qui correspond à une consommation de 34 litres par personne par an, ce qui fait de la France l’avant dernier consommateur de bière en Europe. Ce phénomène s’explique d’une consommation, depuisquelques années, d’avantages dirigés vers les vins et les spiritueux (60% et 25% respectivement). La baisse de consommation est aussi dut au durcissement de la législation et aux campagnes contrel’abus d’alcool. Il faut savoir aussi que la consommation de bières reste plutôt saisonnière, en effet les mois de Juin, Juillet et Aout représente 50% des ventes annuelles.
[pic]

Aujourd’hui...