Etudiant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 75 (18580 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
TCHEMY TCHATAT ARMEL FRED
5 ème Année
Spécialité : Management entrepreneurial



MEMOIRE DE RECHERCHE
APPLIQUEE




Année 2009-2010

REMERCIEMENT
J’aimerais remercier qui ont rendu l’écriture de ce mémoire possible, c’est pourquoi j’aimerais remercier toutparticulièrement l’équipe enseignante de la spécialité entrepreneuriale d’EDC, j’aimerais aussi remercier tout le staff administratif pour son soutient et sa compréhension lorsque je passais des moments difficiles, en particulier Madame Touré.
Je remercie aussi mon directeur de mémoire M. Frdej Jawadi pour son écoute et ces conseils et sa patience.
Enfin je voudrais remercier Madame Célestine Courtes, membre dela délégation des relations commerciales entre le Cameroun et la Chine, qui à su m’orienter dans le choix de ma problématique.

INTRODUCTION GENERALE

La « Chine à lancé  une véritable OPA sur l’Afrique » pour reprendre la phrase de  François  Lafargue, docteur en géopolitique.
Et ceci ,aux dépends des partenaires traditionnels de l’Afrique que sont : la France, l’Angleterre et lesEtats-Unis.
La Chine à réaliser une exceptionnelle incursion sur le marché africain, depuis le début du troisième millénaire. Ses multinationales sont aujourd’hui omniprésentes dans presque tout les domaines et ses investissements n’ont cessés de s’intensifier, à tel point qu’un nom à été donné à ce phénomène : la « Chinafrique ».
Les Relations commerciales entre la chine et l’Afrique sont trèsanciennes.
Alors pourquoi cet intérêt si soudain pour l’Afrique a l’orée du 21 siècle ? Alors que certains voient en cela l’approche d’un prédateur néo-colonialiste. D’autres bien au contraire voient, la volonté d’un « frère tiers-mondiste » qui n’a d’autre intérêt que d’aider les siens.
On ne peut s’empêcher de remarquer ,que suite à son exceptionnelle croissance à la fin du dernier siècle.Il y a 3 problèmes majeurs auquel la Chine est confronté :
-D’une part sécuriser ses approvisionnements en ressources énergétiques et minérales, notamment le pétrole.
-Ensuite trouvé de nouvelle débouchés, pour l’écoulement de ses produits manufacturés et l’extension de ses multinationales.
-Et enfin rechercher un soutient diplomatique, pour justifier sa nouvelle place sur l’échiquierinternationale.
Sa politique africaine est clairement orientée pour y faire face :
-L’Afrique subsaharienne regorge de matières premières qu’elle ne transforme pas elle-même.
-D’autre part, avec un incroyable déficit en infrastructures et 800 millions d’habitants en grande majorité pauvres, l’Afrique représente un marché idéal pour y écouler des produits de consommation de premier prix. Et sonmanque d’infrastructures représente une opportunité pour l’implantation d’entreprises de construction.
Pékin à certes besoins de ressources énergétiques pour alimenter la plus grande « Usine du monde » mais l’Afrique Subsaharienne à-t’elle besoin de l’aide financière chinoise et de produits à bas prix chinois pour soutenir son développement ?
La première chose que l’on observe lorsque l’onregarde les flux d’échanges entre la Chine et l’Afrique subsaharienne , c’est qu’il sont dominés par une importation massive de matières premières notamment énergétiques, en direction de la Chine. Et une exportation massive de produits manufacturés à bas prix, et des multinationales chinoises en direction de l’Afrique Subsaharienne, doublé d’une aide financière.Il n’y a donc pas de différence entre ce schéma et celui qui est pratiqué par les occidentaux, alors qu’a de nouveau, ce modèle dit « gagnant-gagnant » ? Et en quoi pourra-t-il contribuer au développement et au progrès social en Afrique. Alors même que ce modèle économique pratiqué par l’occident est déjà en échec...
tracking img