Etudiant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1814 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cameroun: Les récurrents prêts du FMI hypothèquent-ils l’avenir des générations futures ?
Il est au préalable important de préciser certains points. Techniquement, l’endettement national ou international est un instrument de financement du développement et de sortie de crise. S’endetter n’est pas automatiquement négatif pour le développement d’une entreprise ou d’un pays. Tout dépend de ce qu’onfait des ressources que l’on reçoit. Le principe qui fait de l’endettement un instrument de développement consiste à utiliser de façon efficace et efficiente les ressources reçues afin de passer d’une position de débiteur net à une position de créditeur net.
Le faire implique des investissements productifs qui produisent du travail et de la richesse pour le pays afin qu’il puisse rembourser etdégager un surplus qui lui-même doit encore être affecté de façon profitable pour l’avenir. Par cette stratégie, de nombreux pays comme la Corée du Sud, au même niveau de revenu par tête que le Cameroun dans les années 1980, sont passés d’une situation de pays emprunteur à celle de pays prêteur.
 Ceci dit, si un pays, et c’est le cas du Cameroun, a subi un choc exogène ou a des plansd’investissements supérieurs à son épargne domestique disponible, alors ce pays doit chercher l’épargne qui lui manque soit au sein des marchés internationaux de capitaux, soit auprès des institutions financières internationales comme le FMI. Au sein des marchés financiers internationaux, sa demande d’épargne est satisfaite par l’offre d’épargne d’autres pays qui, parce qu’excédentaires, s’ouvrent aussi pourplacer leur épargne domestique de façon profitable. Actuellement de nombreux pays occidentaux déficitaires comme la France, l’Angleterre, les USA ou l’Allemagne, s’endettent au niveau de ces marchés internationaux de capitaux pour faire face à leurs énormes déficits budgétaires. D’autres pays comme la Hongrie font aussi appel au fonds du FMI pour sortir de la crise économique. L’endettementinternational et l’ajustement structurel ne sont donc pas des spécificités africaines ou camerounaises.
Si Ces pays occidentaux peuvent s’endetter à très faibles taux au niveau des marchés internationaux de capitaux grâce à la crédibilité de leur signature, tel n’est pas le cas du Cameroun et des pays africains peu crédibles. C’est donc le FMI qui devient leur prêteur le plus fréquent parce qu’il pratiquedes taux abordables pour les petits pays. Le prêt de 144,1 milliards de $ que cette institution vient d’accorder au Cameroun prouve bien que l’endettement est un instrument de développement et de sortie de crise. C’est en effet un montant qui fait partie de la facilité contre les chocs exogènes. Le choc exogène ici est la crise des crédits subprime qui a négativement affecté les recettesd’exportations de nombreux pays africains dont le Cameroun. Ce prêt semble très bien pensé par le FMI qui essaie ainsi de permettre au Cameroun de relancer sa machine économique par une compensation du trou que cette crise des subprimes a fait dans ses réserves de change. Donc, techniquement ça tient la route et c’est très bien pensé si certaines variables sociopolitiques sont au vert. Est-ce le cas auCameroun ?
On peut, dans le cas d’espèce, se poser certaines questions : pourquoi le FMI se montre t-il si enclin à prêter aux pays du Sud en général et africains en particuliers ? Pourquoi le FMI prêtent-ils aux dictatures dont les présidents sont accusés de mauvaise gouvernance ? quels dangers courent les générations futures lorsque les pays qui s’endettent sont des dictatures ?
La réponse à lapremière question est simple. De nombreux pays du Sud étant encore sous ajustements structurels, ces prêts ne sont que la continuité de celui-ci par de nouveaux instruments comme les fonds des pays pauvres très endettés (PPTE), l’initiative pour l’annulation de la dette du Tiers-Monde (IADM) ou la facilité contre les chocs exogènes donc vient de bénéficier le Cameroun. Ce sont donc des crédits...
tracking img