Etudiant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (463 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Idée principale 1 : Dans cet extrait, les traits physiques de Clairimonde, étant morte, laissent semés le doute qu’elle est morte ou vivante
Idée secondaire 1 : Les traits physiques de la mortCitations
« […] le cou d’un cygne que la mort n’avait pu raidir […]»
L’euphémisme : « […] la mort chez elle semblait une coquetterie de plus […]» l’auteur atténue la mort chez Clairimonde comme unechose coquette.
« La pâleur de ses joues, le rose moins vif de ses lèvres, ses longs cils baissés et découpant leur frange brune sur cette blancheur, lui donnaient une expression de chasteté mélancoliqueet de souffrance pensive d’une puissance de séduction inexprimable […] que le sang recommençait à circuler sous cette mate pâleur […] la plus parfait immobilité.»
Idée secondaire 2 : Les traitsphysiques de la vie
Citations
« […] d’une telle finesse […] la forme charmante de son corps et permettait de suivre ces belles lignes onduleuses»
« […] ses longs cheveux dénoués […] ses belles mains,plus pure, plus diaphanes que les hosties […] de trop séduisant, même dans la mort, l’exquise rondeur et le poli d’ivoire de ses bras nus […]»
Idée principale 2 : Même si Clairimonde est dans unmilieu funèbre, elle dérage une atmosphère vivante.
Idée secondaire 1 : L’environnement sombre dans la vie de Clairimonde
Citations
« Au lieu de l’air fétide et cadavéreux que j’étais accoutumé àrespirer en ces veilles funèbres […] »
L’oxymore : « […] la gracieuse trépassée sous la transparence de son linceul. » présent la mort comme une beauté.
« Les rideaux de damas rouge à grandesfleurs, relevés par des torsades d’or, laissaient voir la morte couchée tout de son long et les mains jointes sur la poitrine.»
Idée secondaire 2 : Clairimonde illumine son milieu

Citations
« […] unelangoureuse fumée d’essences orientales, je ne sais quelle amoureuse odeur de femme, nageait doucement dans l’air attiédi.»
« […] cet air d’alcôve m’enivrait, cette fébrile senteur de rose à demi...
tracking img