Eu gendarme du monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1785 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Séquence II – Le nouvel ordre mondial

Séance 1 : Les Etats-Unis sont-ils le gendarme du monde ?

Pb : Quels sont les forces et les faiblesses de cette superpuissance ?

Travail préparatoire analyse des documents.

1. Quel est le contexte historique de cet ensemble documentaire?

2. Les Etats-Unis sont-ils une puissance planétaire? (doc. l,3 et 4)

3. Quels moyens permettent auxEtats-Unis d’être une hyper puissance ? (doc. 1 à 4)

4. Quels sont les objectifs de la politique étrangère des Etats-Unis ? (doc. 1,2 et 3)

5. Comment se manifeste l’antiaméricanisme ?(doc. 1 à 4)

Réponse au sujet.

En vous fondant sur votre travail préparatoire, sur les informations extraites des documents et sur vos connaissances personnelles, vous rédigerez une réponse organisée ausujet proposé.

Question 1.
Cet ensemble documentaire présente le rôle mondial des États-Unis aujourd’hui, en insistant sur le contexte le plus récent (menaces terroristes, intervention en Irak en 2003). Mais il est nécessaire de prendre en compte un contexte plus large, puisque l’expansion de la puissance américaine s’est opérée dans le cadre de la guerre froide.

Question 2.
Les États-Unissont indéniablement une puissance planétaire. Leur présence est particulièrement forte dans quatre régions du monde :
– le continent américain, que les États-Unis appellent « l’hémisphère occidental » et dont ils se considèrent depuis le XIX e siècle comme le leader naturel ; avec l’OTAN.
– le Moyen-Orient, où ils sont de loin la puissance la plus active en s’appuyant à la fois sur Israël, surcertains pays arabes (l’Arabie Saoudite, alliée aux Américains depuis sa fondation, l’Égypte) et sur la Turquie (qui est membre de l’OTAN);
– la zone Asie-Pacifique, où les forces américaines sont présentes depuis 1945 (Japon, Corée du Sud) et où les Etats-Unis ont de nombreux alliés (Australie, Nouvelle-Zélande, leur
ancien protectorat des Philippines…).

Question 3.
Les États-Unis sontune hyperpuissance grâce à leurs énormes moyens économiques et militaires. L’indus-trie américaine a mis son potentiel de recherche-développe-ment au service de la défense : c’est ce qu’on appelle depuis les années 1950 le « complexe militaro-industriel ».
Les Etats-Unis ont de très loin le plus gros budget militaire du monde : environ 345 milliards de dollars en 2002, soit plus que toutes lesautres grandes puissances militaire réunies (Japon, Allemagne,
France, Royaume-Uni, Russie et Chine) ! Cela permet aux États-Unis de disposer des armes les plus perfectionnées et d’entretenir des bases militaires et des flottes aux quatre coins de la planète. Le réseau « Échelon », dirigé par la NSA (National Security Agency), permet aux États-Unis d’intercepter tous les types de communications(téléphone, fax, e-mail, etc). Les satellites et les bases de réception automatisées (installées aux États-Unis et dans quatre pays alliés) traitent environ 3 milliards de communications par jour

Question 4.
Les objectifs des États-Unis, dans leur version de 2002, reprennent les principes qui ont toujours guidé la poli-tique étrangère américaine : faire régner la paix dans le monde endéfendant la liberté politique et économique, la démocratie et le libre-échange.
La doctrine élaborée par l’administration Bush a cependant des aspects nouveaux :
– elle assume d’une manière assez brutale la supériorité des États-Unis (cf. la première phrase du document 2), ce qui peut conduire à l’unilatéralisme.
– elle envisage des formes de guerre préventive (« s’emploieront à prévenir lesattaques qui les visent ainsi que leurs amis »; «empêcheront leurs ennemis de les menacer »), contre des «États-voyous », c’est-à-dire des États refusant les règles de la non-prolifération, cherchant à se doter d’armes de destruction massive et soutenant éventuellement le terrorisme.
Ces objectifs ne sont pas respectés si l’on en croit Harold Pinter, qui accuse les États-Unis d’être eux-mêmes un «...
tracking img