Europe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1338 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Europe de 1989 à nos jours.

III/ Les enjeux européens depuis 1989 entre réussite et échec.

A) Le renforcement de l’Europe : Approfondissement et intégration 1989-2005.
La fin de l’URSS couvre une période d’approfondissement et d’élargissement pour le projet européen. Approfondissement avec le traité de Maastricht et l’élargissement à d’autres pays avec lesanciennes démocraties populaires.

1) Maastricht 1992 : Approfondissement.
En février 1992, les pays de la CEE signent le traité de Maastricht. La CEE est remplacée par l’UE. Donc l’union devient désormais politique et plus simplement économique. Ce traité se fonde sur plusieurs mesures importantes :
* Mise en place d’une citoyenneté européenne => droit de voteet d’éligibilité (le droit de se présenté à l’élection) des étrangers communautaires à l’élection municipale et européenne. Le renforcement du Parlement une nouvelle politique commune (éducation, culture, santé, l’environnement, la politique sociale…)
* Création d’une politique extérieure de sécurité commune (PESC), les européens vont être en coopération systématique dans le domainediplomatique.
* La coopération dans le domaine de la justice et de la police avec la lutte contre le trafic de drogue, le terrorisme et l’immigration clandestine.
L’UE instituée par Maastricht se fonde sur de grandes institutions européennes telle qu’elle existe aujourd’hui. Cependant, le traité connait une ratification problématique : les danois rejettent le projet et les français l’adaptent à unetrès faible majorité (51% de oui). C’est la marque d’un euroscepticisme.

2) L’élargissement.
En 1995 : l’Autriche, la Suède et la Finlande.
En 2004 : une grande partie des ex-démocraties populaires (la Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie, Slovénie) et des Pays Baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie).
En 2007 : la Roumanie et la Bulgarie.
Enadhérant à l’UE, les pays d’Europe de l’Est souhaitent s’ancrer solidement dans une aire de prospérité et de démocratie. Il s’agit aussi de rentrer dans le camp occidental face à la menace russe. Cette adhésion, semble confirmer la réussite du projet européen.

3) L’impuissance européenne en Yougoslavie 1991-1999.
Cependant, la période qui suit la fin de l’URSS estaussi un temps de doute et de remise en question pour les européens puisque la chute du mur provoque un réveil violent du nationalisme, principalement en Yougoslavie. Après des référendums, chaque République obtiennent leur indépendance (Slovénie, Croatie, Macédoine, Bosnie…) Leur indépendance est reconnue par l’Europe. Cependant, la Serbie refuse la dislocation de la Yougoslavie : le présidentde la Serbie : Milosevic lance plusieurs guerre contre la Slovénie, la Croatie et surtout contre la Bosnie. la Serbie est particulièrement hostile à l’indépendance de la Bosnie car cette République possède une population serbe très importante.
Sur place, les serbes refuse de dépendre de la Bosnie, le véritable but de la guerre est le soutien au serbe de Bosnie et l’annexion de ce territoire pourformer une grande Serbie. Les serbes commencent une politique de purification ethnique c’est-à-dire l’expulsion et l’élimination des bosniaques musulman (les Serbes commettent de nombreux crimes comme les massacres de Sebrenica).
Alors que ces crimes ont lieu en plein cœur de l’Europe, l’UE est incapable de mettre fin au conflit. Elle décide de faire appel à l’ONU qui crée des zones de sécuritépour les musulmans et envoie des casques bleus. Cependant, ces mesures sont inefficaces. Finalement, c’est l’intervention de l’OTAN et donc des USA qui permettra la fin du conflit. En 1993, l’aviation américaine bombarde les positions serbes.
Cette intervention décidé par Bill Clinton au nom de la paix et des droits de l’homme contraint les serbes à stopper la guerre. Ce sont les accords de...
tracking img