Europe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3028 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’autre puissance ? La puissance de l’Union Européenne |



Introduction.
Difficulté à saisir les contours de l’Europe: « OPNI » Philippes Moreau Defarges
« La paix, la solidarité, la coopération ne sont possibles qu’entre des peuples et des pays sachant qui ils sont » Vaclav Havel : Pb de définition de l’Europe
Bilan : Pb identitaires car réflexion sur lapuissance ne peut faire l’économie de l’identité
Paradoxe : Dans la déclaration de Copenhague sur l’Ide européen de 1973, Europe refuse la puissance au sens classique du terme alors qu’en 2001, dans la déclaration de Laeken on parle du rôle de l’Europe qui sera « celui d’une puissance qui est à même de jouer le rôle de stabilisateur sur le plan mondial »
Donc définition « puissance » indissociable dela construction européen (unification en 1973, unie en 2001) et doit s’adapter face aux défis lancés par les autres puissances : donc pas aux mains des européens.
Les choses n’étaient-elles pas d’emblée compromises par les choix qui ont été fait ?
L’Europe a-t-elle les moyens de son ambition (celle de Laeken) ou manquerait elle d’ambition (alors que sa puissance démographique et économique estinégalée) ?

1. L’UE, impossible puissance, impensable puissance
* Malaise du concept de puissance en Europe à cause de l’histoire (=> horreur des 2 GM) Revendication d’une Europe de la puissance choque
* Construction européenne sur cette perspective : L’Europe s’est tourné vers des valeurs morales (dialogue) : Main tendue par la France à l’Allemagne, point de départ pour donnerCECA (1951) puis Traité de Rome (1957)
* Dans 60s, les fédéralistes s’opposent à l’idée d’une « Europe puissance » de De Gaulle
1962 : Spaak affirme que le plan Fouchet est un « affreux petit avorton européen »
Bilan : Recherche de Compromis alors que les USA s’envolent et Chine décolle

Origine de l‘attitude de l’Europe ?
* Guerre froide : Sa protection est subordonnée aux USA dontle repli dans 70s fait peur car SS20 pointé sur eux et euromissile USA sont déployé ensuite
* 2000: stratégie de Lisbonne montre bien que Europe ne cherche pas la suprématie en affirmant que leur but est de combler le retard technologique entre UE et USA, voire Japon ==>Nul ne parle de dépassement
* Etat providence : interdit l’effort pour concurrencer USA : Pour le bien être deseuropéens, Europe dépasse deux foi plus que USA (30% du PIB contre 14% en 2001 et deux fois moins pour milo (2% contre 4 en 2004)
Mais : En privilégiant ses valeurs, n’est ce pas là une nouvelle forme de puissance ?
* Défi de puissance imposé à l’Union à la fin guerre froide (surtout après intégration politique et économique de 1986)
* Déjà en 1973 : François Duchêne montre bien que ladissuasion nucléaire a vidé son sens à la Puissance militaire
* Habermas : L’Europe a peut être la chance d’éviter le cycle habituel des puissances (croissance et déclin)
(Cela afflige Kagan dans La puissance et la faiblesse pour qui cette attitude = cache misère)
* 2003 : Joseph Nye : « Soft power » qui est diplomatique et culturel (pas éco ni militaire) en appliquant un soft impérialism(Björne Hettne et Frederick Söderbaum)
* En 1986 (Robert Rosencrance) puis en 2002 (Ian Manners) : Puissance normative= Europe impose les normes de son identité (même pour les pays adhérant CF. critère de Copenhague)

Problème :
* P géopolitique et P normative pas tjours conciliable : CF cas Turquie (relire rapport si oubli)
* P normative : sorte de simple dénominateur commun des normesdes traditions nationales
* P normative doit composer avec les Etats Nations qui ne cherchent que leur intérêt : Ex de la politique commerciale qui au lieu d’être totalement communautaire nécessite accord chaque Etat

2. L’UE et le monde ou l’Etrange puissance en action.
Afrique Noire : Coopération privilégiée que l’Europe veut exemplaire
1958 : Initiative France=>aide fond européen...
tracking img