Euthanasie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1583 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’euthanasie

¤ Situation : Il est certain que maintenant avec toutes les nouvelles technologies on peut maintenir en vie une personne plus longtemps chez des personnes souffrantes de maladies dégénératives ou incurables. L’euthanasie est en fait un acte qui consisterait à provoquer la mort d’autrui intentionnellement afin de mettre fin ses souffrances. L’euthanasie à bien sûre soulevé denombreux débats. Bien que depuis quelques années l’euthanasie attire les médias des questions sur l’euthanasie, le suicide et l’arrêt de traitement sont des questions qui n’ont pas finit d’interpeller le monde. Au Québec, encore aujourd’hui l’euthanasie soulève de nombreux débats.

¤Histoire : Dès l’Antiquité, les Grecs et les Romains ont réussit à faire sortir le suicide, un sujet tabou, pour quecelui-ci fasse l’objet de débats publics. À l’apparition du christianisme aux IIe et aux IIIe siècles le suicide est devenu intoléré. Les suicidés n’avaient pas le droit de se faire enterrer comme les christianises. Des découvertes scientifiques et médicales ont aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, changé le débat sur le suicide. C’est alors que l’arrêt de traitement et la mort assisté médicalement,qui sont au cœur des débats actuels, ont apparus dans les médias. Par la suite, il y a eu plusieurs discussions sur l’euthanasie aux cours du XIXe siècle. Des débats tel que; le droit pour un être humain de déterminer quand la qualité de vie qu’il avait s'est dégradée au point où il devient acceptable de cesser de vivre.
¤Histoire d’une personne qui a réellement existé : Une jeune femme de 21 ansa subi des lésions irréversibles au cerveau après avoir consommé de l'alcool et des drogues. Les parents de Mlle Quinlan ont signé une autorisation permettant aux médecins de débrancher le respirateur qui maintenait leur fille en vie. Quand l'hôpital a refusé d'obtempérer, les Quinlan ont demandé aux tribunaux de renverser cette décision. En 1976, pour donner suite à une décision de la Coursuprême du New Jersey, le respirateur a été débranché. Mlle Quinlan est décédée en 1985, dans un foyer de soins de santé où elle avait vécu une dizaine d'années dans le coma et sous perfusion. De l'avis des experts du domaine, cette affaire a profondément marqué l'opinion publique et influé sur l'évolution des mesures législatives.
¤Chaque personne a des valeurs bien précises. En se qui concernel’euthanasie nous avons relevé quelques valeurs que nous croyons qui s’oppose à la situation.
-La religion : À cause de convictions religieuses. Nombreuses sont les religions qui s’opposent à l’euthanasie.
-La liberté de choix : Chaque personne devrait avoir le droit de choisir si elle préfère mourir ou rester en vie, si elle est atteinte d’une maladie incurable ou dégénérative.
-La vie/la mort : Ilpeut être difficile de choisir de rester en vie et mourir. Mais, il est encore plus difficile pour les proches, la famille ou les médecins de prendre la décision de vie ou de mort pour une autre personne.
¤ Pour ou contre :

Pour

• Pratique courante en France
• La douleur est souvent mal calmée quand le patient est en phase terminal
• La perte de l’indépendance, de l’autonomie• Le rejet des autres face à la maladie
• La fin de la vie est souvent une période de souffrance par celui qui meurt et par son entourage.
• L’homme peut décider s’il préfère vivre ou mourir.
• Une malade euthanasié coûte moins cher qu’un malade en vie qui réclame des soins

Contre

• Notre société vie dans la peur de la mort et de la souffrance.
• L’église etla plupart des gens considèrent cette acte comme un
meurtre.
• Accepter l’euthanasie c’est détruire la confiance que l’.on a envers notre médecin car il utilisera ses compétences non pas pour soigner mais pour tuer
¤ Questions :
-L’euthanasie devrait-elle être légalisée au Québec?
-Est-ce que seule la personne malade devrait avoir le choix d’accès à l’euthanasie ou la famille...
tracking img