Euthanasie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 40 (9794 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TABLE DES MATIERES

Introduction1
L’euthanasie : un véritable problème entre la protection de la personne et la dignité humaine3
Un problème éminemment moral4
Une lutte entre un conservatisme politique et un problème de société4
La position de la religion face à une question concernant l’humanité 5
La position de la morale6
Le risque de légalisation del’euthanasie…………………………………………………………………………………………….7
Le risque de l’amélioration de l’espèce humaine……………………………………………………………………………….7
La possibilité du détournement d’euthanasie à des fins amorales……………………………………………………9
La nécessité d’encadrer la question de l’euthanasie………………………………………………………………………..11
La législation dans les différents Etats Européens……………………………………………………………………………11
Le cas de la Grande Bretagne……………………………………………………………………………………………………………11L’Allemagne……………………………………………………………………………………………………………………………………..13
La Suisse et les Pays Scandinaves……………………………………………………………………………………………………..13
L’Espagne et le Portugal……………………………………………………………………………………………………………………14
Le Belgique, les Pays Bas et le Luxembourg………………………………………………………………………………………14
Les avancées autour de la question de l’euthanasie en France……………………………………………………….16
Le dispositif français : la loi Léonetti du 22 avril2005……………………………………………………………………..17
La délicate position à prendre au sujet de l’euthanasie…………………………………………………………………..19
Bibliographie…………………………………………………………………………………………………………………………………….23

INTRODUCTION :

Si le droit s’intéresse à la mort, c’est pour protéger la vie. La question du choix de sa propre mort soulève de nombreuses interrogations. Dans le mythe de Sisyphe, Albert Camus écrivait qu’  « il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux, c’est le suicide.Juger que la vie vaut ou ne vaut pas d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie ». Ici, il s’agit de l’absurdité de l’existence appréciée dans des conditions « normales » (ou l’on aurait toutes ses facultés mentales et physiques). Désormais dans des cas ou le corps ne suivrait plus, dans des situations d’extrême douleur la question à se poser est la suivante : le droitdoit il autoriser le fait pour toute personne de choisir de sa propre mort ? Se pose aussi le problème du rôle du médecin face à la demande de la mort, alors que sa seule mission est de défendre la vie ou de soulager, à défaut de guérir. Comme le répète le Professeur Louis Puybasset, chef de service de réanimation à l’hôpital Pitié-Salpêtrière (Paris), le débat sur l’euthanasie ou le suicideassisté n’est pas un problème médical : « ce n’est pas parce qu’un malade va dire à son médecin : « Donnez moi la mort » que celui-ci va s’exécuter. L’euthanasie est un mort forgé en 1771 sur le grec –eu (bien) et –thanatos (la mort). Il caractérise le fait de laisser mourir un malade incurable (refus de l’acharnement thérapeutique ou euthanasie passive) ou encore le fait de précipiter la mort d’unmalade incurable (euthanasie active).Il existe plusieurs formes d’euthanasie. Tout d’abord l’euthanasie active consiste à administrer délibérément des substances dans le but d’entrainer la mort à la demande d’un patient ou d’un proche mais également sans le consentement du malade et à l’initiative d’un professionnel de la santé. L’euthanasie passive quant à elle est le fait de stopper le traitementen cours nécessaire au maintien en vie. L’euthanasie volontaire est l’euthanasie qui intervient à la demande du patient. Enfin il y a ce que l’on appelle l’aide au suicide dans ce cas le patient accomplit lui-même l’acte mais il est aidé par un tiers qui lui fournit les renseignements ou les moyens pour la mise en œuvre de l’acte. L’euthanasie active (tuer pour supprimer sa souffrance) a servi auXXème siècle de justification à l’eugénisme. « Autrefois synonyme de mort calme et sans souffrance, ce terme est aujourd’hui réservé à la pratique qui consiste à hâter la mort d’un malade incurable dans le dessein d’abréger ses souffrances ». L’euthanasie...
tracking img