Evaluation d'entreprise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7314 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Goodwill, structures de bilan et normes comptables
Évolutions récentes et enjeux pour les groupes français

SYLVIE MARCHAL, ANNIE SAUVÉ
Secrétariat général Direction des Entreprises Observatoire des Entreprises

Le présent article a pour objet de mesurer les enjeux économiques liés aux pratiques de comptabilisation du goodwill et, plus spécifiquement, les répercussions probables dues aupassage, à compter du 1er janvier 2005, aux normes IFRS (International Financial Reporting Standards) pour les comptes consolidés des sociétés cotées. Se fondant sur l’exploitation d’observations issues d’une base de données représentative des groupes français, l’article met en évidence une forte augmentation des montants de goodwill comptabilisés à l’actif des bilans des grands groupes et, plusparticulièrement, des groupes du CAC 40, où ils atteignent 82 % des capitaux propres en 2002. Les difficultés rencontrées dans certains secteurs d’activité, et notamment ceux des télécommunications et des médias, ont conduit certains groupes à déprécier fortement leur goodwill et, ainsi, à afficher des pertes massives en 2001 et 2002. Le taux d’endettement de ces groupes, qui avait crû sousl’impulsion de politiques de croissance externe financées en partie par emprunt, connaît alors une nouvelle augmentation du fait de la contraction des capitaux propres induite par les pertes. On observe ainsi une dégradation des structures sur 2002, qui se prolonge en 2003. À la lumière de ces observations, il semble utile de s’interroger sur la capacité des normes comptables à délivrer une informationpermettant de refléter fidèlement la dégradation de la structure financière d’une entreprise, de la manière la plus prospective qui soit. La rapidité des événements observés dans l’article rend, en l’occurrence, vaine la question de l’amortissement ou non du goodwill. Néanmoins, dans une perspective plus large, la quasi-absence d’amortissement du goodwill, qui devrait résulter de l’application desnormes IAS-IFRS (International Accounting Standards — International Financial Reporting Standards) pourrait induire, en période de basse conjoncture, une plus grande volatilité dans les comptes des groupes, au niveau tant des résultats que des capitaux propres, dans la mesure où les ajustements de valeur à la baisse seraient susceptibles de se faire en une seule fois au lieu d’être étalés. .../...134

Banque de France • Revue de la stabilité financière • N°4 • Juin 2004

Goodwill, structures de bilan et normes comptables

Si ces évolutions sont susceptibles de prendre parfois un tour brutal, l’approche préconisée par la norme IFRS 3 sur les regroupements d’entreprises n’en permet pas moins de donner une information importante aux utilisateurs des états financiers sur l’évolution dela richesse d’un groupe dans une conjoncture déprimée et, le cas échéant, sur son appauvrissement lié au caractère excessif des prix d’achats pratiqués. La reconnaissance comme actif à part entière du goodwill permet ainsi de souligner la fragilité éventuelle de la richesse d’un groupe reposant, en partie, sur des survaleurs. En outre, elle s’inscrit dans l’effort général visant à faire évoluer lesnormes comptables vers une meilleure comparabilité internationale. Cependant, la mise en œuvre des tests de dépréciation ne pourra pas toujours reposer sur des prix de marché, l’existence de marchés profonds et liquides pour des actifs comparables à ceux ayant généré une survaleur n’étant pas garantie, a fortiori pour des actifs spécifiques et au fur et à mesure que la date d’acquisitions’éloigne. Il devient alors nécessaire de formuler des hypothèses, qui peuvent laisser place à une certaine latitude dans les évaluations retenues. En outre, l’ampleur des éventuelles dépréciations peut ensuite constituer en elle-même un fort signal et induire une reformulation des anticipations et des prix. Or, seul un contexte de marchés efficients paraît de nature à limiter le risque de circularité...
tracking img