exemple de devoir type bac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2180 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
1
Devoir de type bac
OE : le texte théâtral et sa représentation du XVII° à nos jours
Durée : 4 heures
Corpus :
Document A : Extrait de L’Ecole de Femmes de Molière (I,4) (1663)
Document B : Extrait de Phèdre de Racine (I,3) (1677)
Document C : Extrait de Le Triomphe de l'Amour (I,6) de Marivaux (1732)

Document A : Extrait de L’Ecole de Femmes de
Molière (I,4) (1663)
Arnolphe de laSouche, vieux garçon, a adopté une jeune
fille Agnès, qu‘il a laissée dans l’ignorance et qu’il cache
chez lui, pour l’épouser. Arnolphe vient de croiser Horace,
le fils d’un de ses amis qu’il n’a pas vu depuis longtemps.
Celui-ci lui avoue au détour de la conversation qu’il vient de
tomber amoureux d’une jeune fille.
HORACE
Je vous avouerai donc avec pleine franchise
Qu'ici d'une beauté monâme s'est éprise.
Mes petits soins d'abord ont eu tant de succès,
Que je me suis chez elle ouvert un doux accès ;
Et sans trop me vanter ni lui faire une injure,
Mes affaires y sont en fort bonne posture.
ARNOLPHE, riant.
Et c'est ?

Enfin l'aimable Agnès a su m'assujettir4.
C'est un joli bijou, pour ne point vous mentir ;
Et ce serait péché qu'une beauté si rare
Fût laissée au pouvoirde cet homme bizarre5.
Pour moi, tous mes efforts, tous mes voeux les plus doux
Vont à m'en rendre maître en dépit du jaloux ;
Et l'argent que de vous j'emprunte avec franchise
N'est que pour mettre à bout6 cette juste entreprise.
Vous savez mieux que moi, quels que soient nos efforts,
Que l'argent est la clef de tous les grands ressorts,
Et que ce doux métal qui frappe tant de têtes ;
Enamour, comme en guerre, avance les conquêtes.
Vous me semblez chagrin : serait−ce qu'en effet
Vous désapprouveriez le dessein que j'ai fait ?
ARNOLPHE
Non, c'est que je songeais...
HORACE

HORACE, lui montrant le logis d'Agnès.
Un jeune objet1 qui loge en ce logis
Dont vous voyez d'ici que les murs sont rougis ;
Simple, à la vérité, par l'erreur sans seconde2
D'un homme qui la cache aucommerce3 du monde,
Mais qui, dans l'ignorance où l'on veut l'asservir,
Fait briller des attraits capables de ravir ;
Un air tout engageant, je ne sais quoi de tendre,
Dont il n'est point de coeur qui se puisse défendre.
Mais peut−être il n'est pas que vous n'ayez bien vu
Ce jeune astre d'amour de tant d'attraits pourvu :
C'est Agnès qu'on l'appelle.
ARNOLPHE à part.
Ah ! je crève !HORACE
Pour l'homme,
C'est, je crois, de la Zousse ou Souche qu'on le nomme :
Je ne me suis pas fort arrêté sur le nom ;
Riche, à ce qu'on m'a dit, mais des plus sensés, non ;
Et l'on m'en a parlé comme d'un ridicule.
Le connaissez−vous point ?

Cet entretien vous lasse :
Adieu. J'irai chez vous tantôt vous rendre grâce.
ARNOLPHE
Ah ! faut−il... !
HORACE, revenant.
Derechef7, veuillezêtre discret,
Et n'allez pas, de grâce, éventer mon secret.
ARNOLPHE
Que je sens dans mon âme... !
HORACE, revenant.
Et surtout à mon père,
Qui s'en ferait peut−être un sujet de colère.
ARNOLPHE, croyant qu'il revient encore.
Oh ! ...Oh ! que j'ai souffert durant cet entretien !
Jamais trouble d'esprit ne fut égal au mien.
Avec quelle imprudence et quelle hâte extrême
Il m'est venu contercette affaire à moi−même !
Bien que mon autre nom le tienne dans l'erreur,
Étourdi montra−t−il jamais tant de fureur 8?

ARNOLPHE, à part.
La fâcheuse pilule !
HORACE
Eh ! vous ne dites mot ?
ARNOLPHE
Eh ! oui, je le connais.
HORACE
C'est un fou, n'est−ce pas ?
ARNOLPHE
Eh...
HORACE
Qu'en dites−vous ? quoi ?
Eh ? c'est−à−dire oui ? Jaloux à faire rire ?
Sot ? Je vois qu'il en estce que l'on m'a pu dire.

1. objet d’amour, femme aimée
2. sans équivalent
3. au monde, à toute relation humaine
4. assujettir : vocabulaire galant, me soumettre au pouvoir de
séduction de la femme aimée
5. extravagant
mettre à bout : mener à bien
6. derechef : de Nouveau
fureur : folie amoureuse

2
Document B : Extrait de Phèdre de Racine (I,3)
(1677)
Depuis six mois, le roi...
tracking img