Exemple de note d'intention

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4221 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Note d’intention de mémoire

Introduction:

Avant d’aller plus loin dans la lecture de ma note d’intention, il me semble important dans un premier temps de décrire le déroulement de ma recherche.

Dans l’optique de mon mémoire de première année de Master d’Information et communication, il m’a fallu trouver un thème de recherche d’où découlerait une problématique me permettant de traitercelui-ci. J’ai donc dans un premier temps cherché à savoir ce qui m’intéresserait et qui concernerait les sciences de l’Information et de la Communication. Tout est parti d’une discussion entre mon colocataire et moi et qui concernait la ville de Saint Etienne. Je lui racontais ce que l’on étudiait en communication territoriale et les travaux que je devais rendre dans cette matière. Nous avionsparmi ces travaux une fiche de lecture sur un livre de communication qui proposait de rapprocher Saint Etienne et Lyon et une étude de 5 films de communication de la ville de Saint Etienne de 1947 à nos jours. Ces derniers nous permettaient d’avoir une vision globale de la politique de communication de Saint Etienne. Et fait assez marquant, on retrouvait dans ceux-ci, des thèmes invariants quiétaient: Manufrance et la Mine.

Quant à l’ouvrage de communication étudié, il tendait à promouvoir la ville de Saint Etienne par des moyens de communication qui, liaient, de façon étonnement récurrentes les projets de la ville à son passé. Par exemple, la biennale du design à Saint Etienne qui essayait de raccrocher l’initiative de ce projet à l’histoire ouvrière et minière de la ville deSaint Etienne. L’argument premier était de partir du principe historique que les graveurs sur métal de Manufrance étaient les ancêtres des designers actuels. L’objectif étant de montrer que la biennale ne tombe pas comme un cheveu dans la soupe mais qu’elle est plutôt la résultante et l’évolution logique de l’histoire de Saint Etienne. D’ailleurs, une phrase présente dans un des film de communicationsur la ville de Saint Etienne faisait écho à cette initiative:
 « allier le passé et le présent pour construire un futur cohérent »

Je trouvais que cette phrase représentait bien la démarche des auteurs de l’ouvrage sur Saint Etienne.

De plus, j’étais auparavant inscrit dans un cursus sociologique et je me souviens que nous avions effectué tout un travail sur la notion « d’identitéfictive » par le biais de deux livres: Race, Nation et Classe: les identités ambigües de Etienne Balibar et Immanuel Wallerstein et L’imaginaire national: Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme de Bénédicte Anderson.
Ces deux ouvrages tendaient à montrer que les concepts de « nation » ou « d’identité » sont des constructions imaginaires et fictives basées sur des interprétationsd’entités: économiques, politiques sociales ou culturels.

En associant ces deux savoirs acquis en Sociologie et en Communication, j’en suis arrivé à une idée: Saint Etienne a une Histoire fondée en grande partie sur l’industrie et la mine, les habitants développent en conséquence, une identité qui est en rapport étroit avec celles-ci. Cette identité collective/partagée conditionne les aspectséconomiques, sociaux mais aussi culturelles.

A la suite de cette réflexion, j’ai tout d’abord pensé a centré le thème de ma recherche sur la question suivante: La communication culturelle de Saint Etienne doit elle se nourrir de son passé?

En effet, n’existe-t-il pas un paradoxe entre le désir de renouveler l’image et de manière plus ambitieuse, de métamorphoser l’identité de la ville SaintEtienne tout en essayant obligatoirement de le raccrocher à un passé chargé d’une représentation jugée « négative » pour la ville?

Pour illustré cette représentation négative, on peut, par exemple se référé au directeur de l’émission: « Les guignols de l’info », Bruno Gaccio, qui déclara dans la presse: « Saint Etienne, c’est la Roumanie a deux heures de Paris… »

Quoi qu’il en soit,...
tracking img