Existe-t-il une nature humaine?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1168 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
Socrate affirmait autrefois que la richesse ne produisait pas la vertu, mais que la vertu engendrait la richesse. Il affirmait, en se basant sur les inscriptions du temple de Delphes, que le fait de se connaître soi-même était le meilleur moyen de prendre réellement soin de notre être. Mais cette affirmation nous mène à des questions : Y a-t-il une nature humaine? Quelle est-elleou, à l’opposé, pourquoi n’existe-t-elle pas? Dans les lignes qui suivront, je vais éclaircir le questionnement, vous expliquer mon raisonnement, vous montrer une théorie philosophique existante qui a influencé mon point de vue et je vais démentir les objections que pourraient avoir les opposants à mon point de vue.
Problématisation
Tout d’abord, cette question nécessite un grand sens duraisonnement. Il faut tout d’abord savoir que deux grandes questions seront expliquées : tout d'abord, est-ce qu’il existe une nature humaine? Elle implique un être humain qui vit selon des pulsions, un principe directeur inné ou une essence qui lui ferait agir d’une manière plus qu’une autre. À l’opposé, un être humain qui n’existe pas selon une nature humaine est un être de culture, il a besoin d’êtreinfluencé dans une société telle que l’église, la politique, etc. Le fait de répondre à la question doit passer par une panoplie d’interrogations : sommes-nous libres ou non d’être humain? Comment connaître notre propre nature? Est-ce que chacun a sa propre nature ou avons-nous tous une nature identique? Après de longues réflexions, j’ai déduit que nous vivons selon des pulsions, donc que noussommes des êtres naturels. Ensuite, afin de la définir, Nietzsche a trouvé une réponse qui concorde bien avec la mienne. La nature humaine est prédominante, et le fait de penser que nous sommes culturels est une grave erreur.
Argument 1
Premièrement, abordons la question en nous mettant dans un contexte actuel. Vous avez surement entendu l’histoire de l’enfant sauvage de six ans (Victor de l’Aveyron)que des Français avaient retrouvé en 1797. Les gestes, le langage, les attitudes et les sentiments qu’il exprimait étaient loin d’être semblables à ceux de notre société malgré le fait qu’il soit biologiquement semblable à nous. Les circonstances dans lesquelles il a vécu m’amènent à croire que nous ne sommes pas culturels, mais bien naturels puisqu’il a vécu sans aucune influence sur sespulsions et qu’il a été attiré de sa propre volonté par de la nourriture. Il aurait tout simplement pu se laisser mourir, mais il ne l’a pas fait parce que c’est dans l’essence de chaque être vivant de s’adapter pour continuer à vivre, et dans ce cas-ci de se nourrir. En s’adaptant à son milieu, à 6 ans seulement, il a su être beaucoup plus autonome que la majorité des enfants mis dans une société commela nôtre pour ainsi (comme le dirait Freud,) tuer son Père. Ici, n’est pas question d’un vrai père biologique, mais bien de sa dépendance envers une autorité qui lui a dicté quoi faire. C’est ça, la nature humaine à l’état pur.
Argument 2
Ensuite, pour revenir à Nietzsche, il fut le premier philosophe à contrer les philosophies idéalistes qui disent non à la vie tel que le christianisme. Pensezà tous les progrès scientifiques, moraux et expressifs que nous avons accomplis depuis le Siècle des Lumières et comparez-les aux deux millénaires précédant ce siècle. Nous sommes confrontés à constater que nous sommes beaucoup plus heureux que sous l’emprise du judéo-christianisme puisque nous avons enfin eu la force de nous affirmer selon nos propres intérêts et que nous nous sommes libéréspartiellement (étant donné l’existence d’un système politique qui punit) d’un des systèmes axés sur la honte, l’humilité, la culpabilité, la modestie, la chasteté et j’en passe. Selon lui, pour affirmer son essence, il faut prendre la vie comme elle est sans évoquer un monde inexistant et sans avoir peur de la réaction d’un autre humain. L’enfant sauvage vivait de cette façon avant d’être capturé...
tracking img