Existentialisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1737 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
| |
| | |

Courants littéraires : L'Existentialisme XXe siècle 
     
I- Présentation :
L'existentialisme, courant de philosophie plaçant au cœur de la réflexion l'existence individuelle, la liberté et le choix personnels, thèmes qui furent traités en littérature aux XIXe et XXe siècles par des écrivains associés à ce mouvement de pensée.
Principaux thèmes :
Opposé aux grands systèmesphilosophiques et englobant des vues d'une grande diversité, l'existentialisme se caractérise par des grands thèmes liés à une préoccupation majeure: l'existence individuelle déterminée par la subjectivité, la liberté et les choix de l'individu.
1. L'individualisme moral :
La plupart des philosophes depuis Platon soutenaient que le bien moral est le même pour tous. Au XIXesiècle, le philosophedanois Kierkegaard, le premier auteur à se qualifier d'existentialiste, réagit contre cette tradition en affirmant que l'homme ne peut trouver le sens de sa vie qu'à travers la découverte de sa propre et unique vocation. « Je dois trouver une vérité, écrivait-il dans son journal, qui en soit une pour moi-même... une idée pour laquelle je puisse vivre ou mourir. » D'autres écrivains existentialistesreprirent l'idée de Kierkegaard selon laquelle l'homme doit choisir sa propre voie sans se référer à des critères universaux. S'opposant à la conception traditionnelle du choix moral qui implique de juger objectivement du bien et du mal, les existentialistes n'admettaient pas qu'il existe une base objective et rationnelle aux décisions morales. Au XIXe siècle, Friedrich Nietzsche déclarait qu'ilincombait à l'individu seul de décider de la valeur morale de ses actes et des actions d'autrui.
| |

   
| |2. Subjectivité : |
| |Tous les existentialistes accordaient une importance capitale à l'engagement personnel et passionné dans la recherche du bien et de |
| |lavérité. Aussi soulignaient-ils que l'expérience personnelle réglée sur ses propres convictions est essentielle dans la quête de la|
| |vérité. Ainsi, l'interprétation donnée par un individu d'une situation dans laquelle il est impliqué est-elle meilleure que celle de |
| |l'observateur détaché et objectif. Cette focalisation sur la perspective de l'acteur individuel contribua également à renforcer la|
| |méfiance des existentialistes à l'égard de tout système de pensée. Kierkegaard, Nietzsche et d'autres penseurs existentialistes se |
| |gardaient volontairement d'exposer leurs idées d'une manière systématique, privilégiant les aphorismes, les dialogues, les paraboles |
| |et autres formes littéraires. Cependant, les existentialistes ne récusent pas la pensée rationnelle, ils ne larejettent pas en |
| |prétendant qu'elle est entièrement inopérante, et ne peuvent donc pas être taxés d'irrationalisme. Considérant la clarté de la pensée|
| |rationnelle comme désirable là où elle est possible, ils pensaient que les questions les plus importantes ayant trait à l'existence |
| |ne sont pas accessibles à la raison ou à la science. Aussi cherchaient-ils à démontrer que lascience n'est pas si rationnelle qu'on |
| |le suppose communément. Pour Nietzsche, par exemple, l'hypothèse scientifique qui attribue un caractère ordonné à l'Univers est au |
| |fond une fiction qui ne se justifie qu'en tant qu'hypothèse de travail. |
| |3. Choix et engagement :|
| |Le thème le plus marquant de l'existentialisme est sans doute celui du choix. La plupart des existentialistes font de la liberté de |
| |choix le trait distinctif de l'humanité considérant que les êtres humains ne sont pas programmés par nature ou par essence à la façon|
| |des animaux ou des plantes. Par ses choix, chaque être humain...
tracking img