Explication de texte acte ii scene 3 dom juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1461 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de texte Dom juan de Moliere, acte II scène 3

Dans cette pièce, Molière met en scène un libertin . C’est
donc dans la pratique la plus réglementée des mœurs humaines, cad la sexualité que cette
liberté va s’exercer. Dom Juan commence donc par séduire et enlever une religieuse, il ne
croit pas en Dieu, trahit son père, offre une pièce à un paysan pour insulter Dieu. Dans lascène étudiée, il a fait naufrage et est sauvé par Pierrot, dont il séduit la promise.
I/ L’opposition du monde paysan à celui des nobles

A/ L’opposition du langage
langage familier parlé par Pierrot et Charlotte (pleurésie -> Purésie, noyé -> nayé) alors que
Dom Juan emploie un langage noble. Sganarelle parle la même que Dom Juan : bien que
serviteur, il se place dans le camp des maîtres.Dans le discours de Pierrot, non seulement du patois mais aussi de nombreuses interjections –
(« Morguenne ! » par la mort de Dieu, « Parquenne ! », par Dieu, « Jerniquenne ! », je renie
Dieu, et diverses abbréviations) qui montre un discours plus expressifs que discoursifs.
Face à ce personnage est à son langage, Dom Juan ne se contente pas de poser son style
soutenu mais ils commententégalement l’intervention de Pierrot. « Qui m’amène
cet impertinent ? » mêle langage du maître à un mépris extrême (bien que Pierrot soit présent,
il s’adresse à un interlocuteur invisible.) Ce mépris s’accompagne d’un geste de violence
physique. Pour Dom Juan, les propos de Pierrot révèle soit de l’impertinence ou ne sont
que « du bruit » : à chaque fois, son discours est privé de sa signification.Mais c’est aussi une opposition de classe sociale : « parce qu’ous estes Monsieur, ous
viendrez caresser nos femmes, à notre barbe ? Allez-v’s-en caresser les vôtres ! » Dom Juan
reçoit l’appellatif « Monsieu » (c’est un titre), qui est employé par Pierrot non pas comme
un titre mais comme un attribut. La réplique 9 est en quelques sortes une remise en cause du
droit de cuissage : le pouvoirdes nobles et des seigneurs s’exerce d’abord dans le domaine
amoureux. Les 2 castes doivent maintenir une séparation, d’après Pierrot.
« j’aime mieux te voir crevée que de te voir à un autre ». Un langage familier est
associé à un propos qui exprime une passion presque sans limite, qui, dans d’autres cas,
paraîtrait sublime ou tragique.
Symboliquement, Pierrot n’a pas sa place : il se metentre Dom Juan et Charlotte, Dom Juan le repousse.

B/ La rébellion du pauvre contre le maître
Pierrot parle par des verbes de volonté. Il donne des mots d’ordres.
Il reconnaît une loi morale supérieur à la division par classe : langage de
l’injonction (« que vous vous teignez », un rappel à l’ordre adressé à un noble) que Pierrot
revendique (« je vous dis que »). On note également les verbesde volonté (« je veux me
fâcher »).
Pierrot est un pauvre qui commence à s'enerver. Il s’interpose entre Dom Juan et
Charlotte (« il se met entre les deux »). Charlotte le rappelle à la passivité et l’acceptation
( « laisse le faire, « ne te fâche point »). La réponse de Pierrot est
antithétique : « Que je le laisse faire ? », entouré par « Quement ? » et « Je ne veux pas,
moi. », affirmationd’une volonté, qui renforce sa réplique. Le « moi » renforce l’expression
de la 1ère personne, l’affirmation de soi face au maître.

Le paysan appelle Dom Juan à observer sans l’enfreindre la separation entre les classes sociales
( : « teigniez vous »,, « que vous vous teigniez, « allez v’s en caressez les
vôtres »). Rappel à l’ordre au sens propre : chacun doit rester à sa place.

C/ Unescène de violence
- « poussant Dom Juan », « repoussant rudement Pierrot », « continue de le
repousser »… Gradation dans la violence car chacun des persos s’affrontent,
repoussant l’autre. Charlotte prend Pierrot par le bras : ce geste est ambigu
car les didascalies ne nous disent pas assez sur son but
- La gradation de la violence continue puisque non contente de se repousser, ils se...
tracking img