Explication de texte, bachelard, la formation de l'esprit scientifique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2649 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Bachelard, Formation de l'esprit scientifique : science et opinion : explication

« La notion d’obstacle épistémologique » Ce § forme un tout. Il ne s’interroge pas seulement sur l’opinion en général, ou sur la science, voire leur opposition, mais avant tout sur la formation de l’esprit : l’enjeu est de former une pensée : apprendre à penser et cela, plus précisément, en science. Bachelardparle du point de vue scientifique, non dans l’absolu. En quoi l’opinion peut-elle constituer un obstacle à la formation de l’esprit scientifique ?Il y a 2 parties dans ce §. D’abord, ce qui caractérise l’opinion, mais à travers ce qu’elle fait. Ensuite, il caractérise l’esprit scientifique à travers sa démarche et ce qui en est la marque distinctive.
Ière partie« La science, dans son besoin (…)vulgaire provisoire. »Ce qui caractérise l’opinion pour Bachelard est ce qu’elle fait, et non ce qu’elle est. Il ne la définit pas mais la pose en l’opposant à la science. Que fait-elle précisément ? Elle interdit de réfléchir, fait obstacle au savoir et doit donc être rejetée purement et simplement Mais il y a une progression qui nous permet de comprendre en quoi réside l’obstacle de l’opinion etpourquoi il est le premier.(I. a) « La science dans son besoin d’achèvement comme dans son principe, s’oppose absolument à l’opinion. » [on souligne les termes clés].L’opposition entre les deux est radicale. Ni le but ni le point de départ ne correspondent. Il y a désaccord sur les principes & les fins. La différence est totale et sur toute la ligne. Qu’est-ce donc qui pourrait faire de l’opinion unobstacle si les deux sont aussi étrangères l’une à l’autre ? En effet, l’obstacle ne suppose-t-il pas que les deux se rencontrent au moins sur un point ? Lequel ?Bachelard développe une rencontre possible. S’agit-il alors d’une concession ?« S’il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l’opinion, c’est pour d’autres raisons que celles qui fondent l’opinion ; de sorte que l’opinion a, endroit, toujours tort. »Ce point de rencontre entre l’opinion & la science est l’énoncé reçu cad le résultat, mais c’est en réalité dans l’esprit lui-même que se trouve l’obstacle car l’opinion n’est pas en dehors de moi : elle est en moi. Toutefois, il y a un malentendu à éviter, car même si les deux se rencontrent, c’est pour des raisons _. Les raisons de l’opinion ne sont pas celles de lascience. L’opinion n’est pas sans raison et elle est rejetée en fonction de raisons qui appartiennent à la science. Les termes « en droit » et « légitimer » nous révèlent que Bachelard ne pense qu’au raisonnement. Si l’opinion a tort, ce n’est pas dans l’absolu mais en droit parce que dans la science la preuve est toujours raisonnée.

(I. b) On en arrive ainsi à une caractérisation plus précise del’opinion :« L’opinion pense mal ; elle ne pense pas : elle traduit des besoins en connaissances. » [Il est important ici de ne pas couper l’unité de phrase.]• pense mal : parce que l’opinion est toujours défectueuse et ne se soucie pas de légitimer un énoncé. A la limite, un geste, une exclamation suffisent pour faire comprendre à l’autre ce que l’on aime ou déteste. Dire : « c’est mon opinion »,c’est plutôt clore la discussion que l’ouvrir. D’où :• pense pas : ai-je besoin de penser pour donner mon avis ? Si je réponds, c’est immédiatement, sans avoir réfléchi. Si, par contre, j’ai pensé avant, si j’ai délibéré, mon idée est réfléchie, raisonnée, elle n’est plus immédiate : elle n’est déjà plus une opinion ponctuelle & inconsistante mais un avis réfléchi. Que fait l’opinion quand elle répondimmédiatement, réagit sans se soucier d’agir – car réagir n’est pas agir – ni même de penser ? Deux points : explication, elle …• traduit : elle déplace quelque chose d’un endroit à l’autre, comme une traduction d’une langue étrangère à une autre plus familière. Sans se soucier de l’original, elle le transporte, le transpose immédiatement en son milieu : le « bien connu ». Traduction alors...
tracking img