Explication de texte freud

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1871 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de texte

Ce texte de Freud, le fondateur de la psychanalyse, traite de la vérité, de la religion, de la raison et de la croyance. Il se demande laquelle de ces deux notions, religion et raison, déterminent la vérité. Selon lui, rien n'est supérieur à la raison qui établit la vérité universelle, cela-dit une minorité d'hommes trouve, par un « événement interne », la vérité dans lesdoctrines religieuses. D'abord, il expose ironiquement la thèse qu'il va réfuter : la religion est au dessus de la raison dans son rapport à la vérité. Puis, il affirme que la vérité établie par les doctrines religieuses n'est pas universelle. Certains hommes trouve leur vérité dans la religion, mais la vérité de tous est celle établit grâce à la raison. Dans un premier temps, nous expliqueronsce texte, puis nous examineront la thèse de l'auteur.

Freud conteste l'idée qui affirme que «  Les doctrines religieuses sont soustraites aux exigences de la raison ; elles sont au-dessus de la raison ». Ce qui signifierait que la raison n'est qu'un outil secondaire de la réflexion humaine, et que c'est donc la religion qui établirait les vérités universelles et guiderait les décisions deshommes. La religion est un fait social qui comporte trois aspects, un aspect théologique, un aspect pratique et un aspect interne. On ne peut admettre l'idée de sa supériorité sur la raison car l'aspect théologique est constitué de dogmes, soit de vérités à croire sans preuves, donc des vérités auquelles on ne réfléchit pas. Freud évoque l'aspect interne de la religion, « Il faut sentir intérieurementleur vérité ; point n'est nécessaire de la comprendre », la foi est un choix individuel et intime que fait un homme à cause d'un sentiment personnel, d'une sensation à l'intérieur de lui-même.
La religion ne détermine donc pas la vérité pour tous les hommes, mais uniquement pour ceux qui la ressente, « Seulement ce Credo n'est intéressant qu'à titre de confession individuelle ; en tant quedécret, il ne lie personne ». On ne peut attribuer à tous les croyances d'une minorité, par exemple, si on demande à une personne quel est son animal préféré, et qu'elle répond le chien, on ne peut pas affirmer pour autant que l'animal préféré de tous les hommes est le chien.
Freud interroge, « Puis-je être contraint de croire à toutes ces absurdités ? Et si tel n'est pas le cas , pourquoi justementcelle-ci ? ». Peut-on croire à la vérité dictée par la religion, ici appelée « absurdité », sans avoir ressenti cette foi ? Peut-on y croire simplement car la religion est une
« solution acceptée de tous », comme le dit Freud dans l'Avenir d'une Illusion ? La réponse est que la seul vérité a laquelle on peut croire sans douté, et sans expérience « interne », est celle que l'on a établit avecraison « Il n'est pas d'instance au dessus de la raison. », car la raison est la plus haute faculté humaine. Si l'on raisonne, il n'est nulle besoin d'élan de foi pour croire que deux et deux font quatre, notre logique suffit à nous le démontrer.
Pour montrer que sa thèse admet que les hommes peuvent trouver leur vérité dans leur religion par un processus interne, mais que la majorité ne connaitpas ce processus, il questionne « Si la vérité des doctrines religieuses dépend d'un événement intérieur qui témoigne de cette vérité, que faire de tous les hommes à qui ce rare événement n'arrive pas ? ». Ces hommes qui ne connaissent pas ce processus, trouve donc la vérité en rationalisant. Un homme ayant connut se processus interne, établira comme vrai le fait que Dieu créa le monde en sixjours, tandis qu'un autre, dépourvu de foi, se pausera des questions, examinera des preuves et établira des théories à caractère scientifique pour expliquer l'existence de la vie et sa création.
« On peut réclamer de tous les hommes qu'ils se servent du don qu'ils possèdent, de la raison ». Ici, Freud affirme que tous les hommes sont pourvus de cette faculté de réfléchir, de juger, de prendre des...
tracking img