Explication de texte hegel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1256 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PHILOSOPHIE
« Explication de texte d’HEGEL »

Dans cet extrait de texte, Hegel aborde les thèmes de volonté, circonstance et liberté. La volonté chez l’homme est un pouvoir qui lui permet de lutter contre ce qu’on lui dicte mais aussi ici le fait que c’est une chose propre à l’homme, qu’il dirige lui-même. Les circonstances impliquent des faits qui dirigent le comportement oul’action d’un homme. On peut dire dans ce texte que si l’homme est libre de sa conduite, alors il n’y a aucuns obstacles qui entravent sa volonté.
On peut donc se demander si l’homme est vraiment libre de sa volonté et si celle-ci a pu être déterminée ou influencée.
Pour Hegel «  les circonstances ou mobiles n’ont jamais sur l’homme que le pouvoir qu’il leur accorde lui-même. » Donc que lavolonté de l’homme ne peut être déterminée par des mobiles, que l’homme est doté d’une raison qui a un pouvoir d’autodétermination.
Dans la première partie du texte Hegel cite la phrase selon laquelle il va s’opposer, annonçant que la volonté est déterminée par des mobiles.
Dans la deuxième partie, il oppose la première phrase en impliquant le fait que l’homme a été actif et nonpassif.
En troisième, Hegel réfute l’argument de la causalité.
Dans la quatrième partie l’auteur explique qui si l’homme entend qu’il a été entrainé par des circonstances alors il affirme n’être pas maitre de lui-même.
Pour finir le philosophe nous explique que la conduite de l’homme est toujours celle qui l’a décidé.

Dans la première partie du texteHegel annonce ce qu’il va réfuter. De nombreuses personnes disent que leur volonté a été influencée, par des actions, des circonstances ou des mobiles ; cela veut donc dire qu’ils on été passif face à leur comportement et leur décision. Le sens de volonté est alors contredit dans cette phrase car la volonté est la faculté de se déterminer par rapport à des actions et à les réaliser, donc l’hommequi est un être doté de raison se dit «non libre » car soumit à la volonté d’autrui ou de forces extérieures ; étant passif il subirait une action qui déterminerait son choix.

La deuxième partie oppose la première car elle commence avec « mais ». Donc cette partie annonce que le comportement d’un individu qui se dit avoir été influencé par des circonstances ou des mobiles n’a pas pu etrepassif mais surtout actif car il y fallu que l’homme reconnaisse le fait d’avoir utilisé cette circonstance pour mobile. C’est la volonté de l’homme qui à choisi d’utiliser se mobile. Le philosophe annonce donc que la volonté seule n’a pas décidé de son action car l’homme a du réfléchir et analyser si sont comportement est celui d’un être moral ou non. L’homme est donc entièrement responsablede sa volonté. De plus l’homme es t libre donc le sujet est résolu à surmonter les contraintes qui pourraient entraver sa pensée et son action.



Dans la troisième partie l’auteur nous démontre clairement que la détermination de la volonté n’a pas de relation avec la causalité qui est le principe fondamental de la raison selon lequel tout

effet doit avoir une cause quiexplique son apparition. Les circonstances ne font donc pas ici office de causes. L’homme ne peut donc pas accuser les circonstances car celles-ci ne sont pas suivit d’action qui en résulte contrairement aux causes. De plus l’effet des circonstances ne peut pas être associé à la volonté car une circonstance dans une action ne détermine pas forcément la volonté qui s’en suit.
En effet l’homme estresponsable de ses actes dans la mesure où c’est lui qui les choisit. Si l’homme était entièrement soumis à la causalité alors tous ses actes seraient déterminés mécaniquement mais l’homme étant doté de réflexion n’est pas sensé conditionner son action par les circonstances posées.


Dans la quatrième partie de ce texte l’auteur nous montre que l’homme qui se disculpe...
tracking img