Explication de texte, hippias majeur, platon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1372 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Nous allons aujourd’hui nous attarder à tenter une explication d’un extrait du texte Hippias majeur de Platon. Ce texte traite d’un sujet débat qui est: qu’est-ce qui caractérise le beau ? Pour tenter une amorce de réponse ici Platon utilise un dialogue entre deux personnage nommés Socrate et Hippias dont l’on peut penser que Socrate utilise une tiers personne non-nommée pour représenter unepersonne déchu d’opinion sur la question et Hippias pourrait etre une sorte de personnification de quelqu’un, qui a une vision de la beauté comme quelque chose de subjectif, et qui tente d’apporter une réponse à Socrate.
Cet extrait de Platon commence par une prise de parole de Socrate qui fait intervenir un dit étranger, par ici on entend quelqu’un qui n’a pas d’opinion propre à la question qu’ilva poser. Celui veut savoir ce qu’est le beau, et c’est à travers cet étranger que tout le dialogue va se dérouler. Hippias demande alors si celui qui fait la question veut savoir ce qui est beau et Socrate lui rétorque à juste titre que ces deux questions attendent des réponses différentes dans la mesure ou la question d’Hippias attend pour réponse une sorte d’énumération de ce qui est beau,alors que celle de l’étranger, elle, attend une réponse sur les caractéristiques de ce qui rend une chose dites belle. Cependant Hippias ce méprend a dire qu’il ne trouve aucune différence entre ces deux questions et comme Socrate représente ici une sorte de neutralité sur la question il ne le contredit pas mais le met en garde sur la différence plus ou moins évidente de la différence de ces deuxinterrogations.
C’est alors qu’Hippias commence une amorce de réponse a ce que c’est que le beau selon lui en disant a Socrate que le beau c’est une belle jeune fille. Par là on peut voir qu’Hippias qui a dit lui même précédemment, qu’il ne voyait pas de différence entre les deux questions, se méprend a répondre plutôt, à la question qu’est-ce qui est beau car par là il donne un exemple et non pasdes caractéristiques qui pourrait s’appliquer a toutes chose. Dans la mesure ou son exemple est anonyme, il est vrai qu’on peut tendre a dire qu’une belle jeune fille est représente le beau car chaque individu se fait sa porpre image de ce qu’est une belle jeune fille, c’est donc par la que la réponse d’Hippias ne correspond par réellement à la question de l’étranger. Socrate, toujours représentantla neutralité trouve tout de même la réponse d’Hippias brillante cependant il émet l’hypothèse que cette réponse pourrait être rétorquer sous forme d’une interrogation a Hippias. C’est alors que celui-ci répond que personne ne peut répliquer une telle affirmation dans la mesure où, cette réponse évoque à tout le monde une belle jeune fille connu par eux-même qui est le témoin de ce qui est beau etc’est pourquoi tout le monde pourra se convaincre qu’une belle chose c’est une belle jeune fille.
Socrate se permet alors de de reprendre Hippias et lui dit alors que l’étranger l’interrogera surement sur le fait que les chose que Socrate lui aura dit comme belle, ne sont-elles pas belle car il y a quelque chose de beau par soi-même. Par la Socrate avance donc l’idée implicitement que la beautéest subjective car pour que quelque chose soit beau et faut qu’à l’intérieur de soi-même l’on est une opinion propre à soi sur ce qui est beau. Alors, Socrate comme nous l’avons dit, représente la neutralité, dit qu’il répondrait a cette intérogation par le fait qu’il existe quelque chose qui donne leur beauté aux choses. Par là, il rappelle implicitement sa mise en garde faite au début du textesur le fait qu’il y a une différence entre ce qui est est beau et qu’est-ce que c’est que le beau, et que pour que quelque chose soit beau, il est nécéssaire d’établir un certain nombre de critère qui peut etre propre a n’importe qu’elle chose. Hippias répond alors que par là l’étranger chercherait à démontrer que l’exemple de la jeune fille est rétorquable dans la mesure ou lui ne trouverait pas...
tracking img