Explication de texte : jean de la fontaine, fables, livre huitième

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2100 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de texte : Jean de La Fontaine, Fables*, Livre Huitième
XI : Les Deux amis

Situation :
Les Fables de Jean de La fontaine furent publiées entre 1664 et 1693 et sont organisés en douze livres répartis en trois recueils. Tout d’abords, définissons la fable. Elle est un récit inventé pour illustrer une morale.
Le choix de Jean de La Fontaine pour la fable peut paraîtreparadoxal vis-à-vis d’une époque, le XVIIème siècle, où la fable est considérée comme un genre bas. Aussi l’apologue remonte aux sources de la littérature. Nous retiendrons cette citation issue d’Alain-Marie Bassy : « l’art du déplacement bienséant, la novation sans scandale, la révolution sans révolte » illustrant une tactique ambitieuse pour La Fontaine.
Le second recueil, sembleévoluer vis-à-vis du premier. Il semble s’orienter vers une réflexion plus sérieuse.
L’œuvre de La Fontaine obéit à une logique presque architecturale, très ordonnée, beaucoup de fables se répondent, s’opposent, forment de véritables groupes.
Aussi nous remarquerons que cette fable forme avec la précédente, nommée « l’Ours et l’amateur des jardins », un diptyque, c'est-à-dire deuxparties qui se complètent ou s’opposent. Ici elles se complètent par le thème qui les unie : l’amitié. Cependant elles s’éloignent l’une de l’autre quand au degré de cette amitié. Elle nous apparaît en effet plus complexe et plus profonde dans « Les deux amis ».
Le thème de cette fable est donc bien l’amitié.

Caractérisation et organisation du texte :
Cette fable correspond au modèleclassique de La Fontaine, et se construit donc avec des alexandrins et des octosyllabes.
La structure de son récit obéit à un schéma simple, caractéristique de la fable, d’une tradition orale et même d’une pièce théâtrale.
On observe la situation initiale durant les quatre premiers vers.
L’élément perturbateur est révélé des vers cinq à neuf.
Les dix-neuf vers suivant regroupentl’élément perturbateur, la péripétie et le dénouement qui en résulte. Nous tenons ainsi la représentation concrète de la morale.
Et enfin nous trouvons la morale, introduite par une adresse directe au lecteur.

Problématique :
Nous nous appliquerons à extraire le portrait moral de cette fable sous ses différentes dimensions. Car une fable peut cacher d’autres vérités que celle que nousappréhendons dans un premier temps. Il suffit de dépasser le stade de la sensation, de l’illusion, et de l’apparente simplicité.

Explication
Le titre :
Remarquons que contrairement à la majorité des fables de La Fontaine, son titre n’admet pas d’opposition. Le titre vient donc se poser comme pilier de la fable et bien sûr de la morale.

1ère* partie : du V. 1 au V.4
V.1
L’adjectif « vrai » qui accompagne le mot « Ami » nous interpelle. Une certaine insistance est mise en avant. L’aspect véritable de cette amitié domine le vers.
De plus le « A » majuscule nous invite à penser à une globalisation de l’ami, à l’ami universel.
Le Monomotapa, bien qu’étant une région bien réelle d’Afrique, apparaît comme né de l’imagination etdonc apporte un premier aspect fantastique et même utopique à cette fable et à sa morale.

V.2
Ce vers est construit sur un chiasme très apparent. Les deux amis y sont décrits de telle sorte quenous apercevons un équilibre, une union parfaite renforcée par le miroir qu’impose ce chiasme.

V.3 – V.4
Le vers 3 et le vers 4 sont à analyser ensemble de partl’enjambement qui les relie. On y retrouve un parallèle entre le Monomotapa et le monde réel auquel appartient l’auteur et le lecteur, d’où l’utilisation du déterminant possessif « nôtre ».
Ces deux octosyllabes semblent se détacher de la fable. Une aparté que l’on peut identifier comme ironique. Ironie discrète que l’on retrouve à travers « dit-on ».

*2ème* partie : de V....
tracking img