Explication de texte le gueux guy de maupassant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1079 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de texte

Le Gueux, est une nouvelle de Guy de Maupassant, publiée en 1884. Elle est de genre réaliste. D’ailleurs, son auteur est connu pour ses nombreuses nouvelles réalistes voire, naturalistes. Ce récit raconte l’histoire d’un mendiant infirme qui va être repoussé par ces contemporains surement à cause de son handicap. L’auteur y révèle les comportements sociaux des citoyens deson temps, et dévoile leurs vices. Nous allons maintenant étudier l’incipit de cette nouvelle.

➢ Que nous apporte l’incipit dans ce texte ?

Nous verrons en première partie comment l’auteur met en évidence les injustices de la société de son époque, et, en deuxième partie, nous étudierons la chronologie de cet incipit.

1. Tout d’abord, Maupassant veut nous faire remarquer quenombre de ses contemporains qui auraient un rôle à jouer dans la société, font en réalité le contraire de ce qu’ils sont censés faire. Par exemple, la mère de Nicolas Toussaint, surnommé Le Gueux, jette son petit encore vivant, dans un fossé (« Enfant trouvé dans un fossé »), au lieu de se comporter en maman digne de ce nom. D’ailleurs à cette époque, les parents qui ne pouvaient pas assumer leurrôle, souvent par manque d’argent, déposaient le nourrisson devant l’église ou la Mairie du village. En opérant de la sorte, ils espéraient que le Maire ou le curé puisse prendre soin du bébé. Toutefois, dans ce récit, on remarquera que le curé qui a trouvé Nicolas (« enfant trouvé dans un fossé par le curé des Billettes »), ne va pas s’occuper de l’enfant comme il aurait dû le faire, et mettre de cefait en pratique la charité chrétienne; en effet ce représentant du clergé ne va lui donner ni une éducation, ni un enseignement religieux : « élevé par charité, étranger à toute instruction ». Ensuite, intervient le boulanger malveillant, qui va lui donner de l’alcool à la place du pain tout en connaissant les conséquences désastreuses qu’un tel breuvage aurait sur l’organisme d’un enfant :« estropié après avoir bu quelques verres d’eau de vie offerts par le boulanger du village, histoire de rire ». De plus, la baronne d’Avary, qui apparemment a gardé les privilèges de son rang car elle possède un « château », ne lui octroie qu’une « espèce de niche pleine de paille, à coté du poulailler », le traitant ainsi tel un chien. Aussi, « aux jours de grande famine » elle qui reste le symbole dela noblesse, ne lui accorde qu’ « un morceau de pain et un verre de cidre » .Le Gueux pouvait néanmoins compter sur « quelques sols jetés par la vieille dame du haut de son perron ou des fenêtres de sa chambre ». Ceci est très emblématique, car ici «  du haut » représente l’importance du statut de la personne, elle est au sommet de l’échelle sociale et considère les pauvres avec mépris, ne lesgratifiant que des miettes, plus par acquis de conscience que par sincère générosité. Guy de Maupassant a peut-être souhaité faire un jeu de mots avec le nom de la baronne : Avary, qui a peut faire penser à l’avarice évidente de la dame, ou encore l’avarie qui désignait autrefois, un dommage au navire et le processus de dégradation d'une marchandise contenue par ce navire (par exemple du blétransporté en bateau et mouillé par les pompes ou de l'eau de mer lors d'une tempête, devient avarié). Mais ce n’est pas tout ; l’auteur rajoute une touche ironique avec la phrase « Maintenant elle était morte ». Cette injonction est directe, poignante avec un brin de sarcasme, et vient comme rompre l’équilibre du paragraphe, sous-entendant qu’auparavant le Gueux avait un repère vers lequel il pouvaitse retourner dans le pire des cas, mais qu’à présent, il se retrouve encore plus seul. Enfin, les villageois qui sont supposés bien le connaître et lui faire don d’un peu d’argent, « ne lui donnaient guère », car ils étaient « fatigué(s) de lui depuis quarante ans ».

2. Non seulement Guy de Maupassant utilise l’incipit pour planter un décor réaliste, dénonçant indirectement les...
tracking img