Explication de texte : malebranche

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1044 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Philosophie
Explication de texte : Malebranche

____________________________________________________________

_________

____________________________________________________________

_________

Dans ce texte, Malebranche distingue le fait de consulter la raison et d’avoir ses raisons afin de montrer que seule la raison universelle fait de nous des êtres raisonnables et des êtrescapables d’atteindre la vérité. Il commence donc par énoncer des jugements qui ne sont pas relatifs, des jugements qui ont une valeur universelle parce qu’ils nous viennent de la raison. Ces jugements se présentent comme une évidence « je vois » pour qui fait usage de sa raison. Les deux jugements sont dans deux domaines différents : le domaine mathématique et le domaine moral. Cela signifiequ’on peut parler de vérités morales et qu’il faut refuser l’idée selon laquelle tout est relatif. Or, si ces vérités sont évidentes pour moi lorsque je consulte ma raison, il m’est bien difficile de consulter la raison de l’autre et de saisir si elles sont évidentes pour lui. A moins que la raison de l’autre soit la même que la mienne auquel cas il s’agit d’une raison universelle. Malebranche va alorsdistinguer cette raison universelle des raisons propres que je peux avoir. Par exemple, je peux détester mon voisin et préférer mon chien , il s’agira de raisons . Je n’éprouve alors ce sentiment qu’en raison de la passion que j’éprouve (je déteste mon voisin et j’aime mon chien) et non en vertu de la raison.

Dans la première partie l’auteur affirme que « Et je suis certain qu’il n’y a pointd’homme au monde qui ne le puisse voir aussi bien que moi. Or je ne vois point ces vérités dans l’esprit des autres, comme les autres ne les voient point dans le mien .Il est donc nécessaire qu’il y ait une Raison universelle qui m’éclaire , et tout ce qu’il y a d’intelligences. Car si la raison que je consulte, n’était pas la même qui répond aux chinois , il est évident que je ne pourrais pasêtre aussi assuré que je le suis, que les Chinois , il est évident que je ne pourrais pas être aussi assuré que je le suis, que les Chinois voient les mêmes vérités que je vois  » Ceci est un exemple . Les Termes important de cette partie sont « homme » , « monde » , « bien », « vérités », « esprit »et «raison » . L’homme est un être qui se distingue de tous les autres par la raison. Le mondedésigne l’ensemble de l’humanité .le Bien désigne ce qui est absolument désirable. Il est donc partie liée au désir . La vérité est une idée, une hypothèse, un élément de connaissance, ou encore une affirmation ou un discours « vrai ».L’esprit Elle désigne d'une part l'intellect, la raison, la pensée. Elle désigne d'autre part l'âme, l'être immatériel qui constitue notre intériorité, notrepersonnalité.la raison est la Faculté intellectuelle par laquelle l'homme connaît, juge et se conduit. L'homme est capable de raison, est doué de raison. La raison est pour les hommes ce que l'instinct est pour les animaux.
Malebranche en disant « et je suis certain qu’il n’y a point d’homme au monde qui ne le puisse voir aussi bien que moi » affirme ici que c’est lui le mieux placé pour dire que « deux foisdeux font quatre ,et qu’il faut préférer son ami à son chien ». En affirmant cela , l’auteur s’approche de sa conclusion car il est sur de se qu’il énonce .

Dans la 2 éme partie l’auteur affirme que « Ainsi la raison que nous consultons quand nous rentrons dans nous-mêmes, est une raison universelle. Je dis : quand nous rentrons dans nous-mêmes , car je ne parle pas ici de la raison qui suit unhomme passionné » ce qui est un argument .les termes important de cette partie sont « raison », «  homme passionné » . La Raison est l'ensemble des facultés mentales qui permettent notre conscience du réel.
Malebranche parle dans cette partie de raison universelle car pour lui c’est une évidence .


Dans la 3 ème partie , l’auteur affirme que « L’orsqu’un homme préfère la vie de son...
tracking img