Explication de texte montaigne les essais iii chap "des boyteux"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2162 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de texte MONTAIGNE 13 oct 2008
LES ESSAIS

P 241-242 (chapitre « des boyteux »)

INTRO :

A la fois philosophe sceptique et écrivain humaniste du 16ème siècle, Michel Eyquem de Montaigne publie à la fin de sa vie une œuvre unique : les essais, nourris de souvenirs et réflexions personnelles sur la nature humaine, mais également sur les évènements tragiques qui ont marquéson époque.
D’ailleurs, le titre-même d’ « essais », évoque parfaitement la mise à l’épreuve, l’examen profond de la pensée auquel il s’adonne. Il y développera les nombreux thèmes qui le préoccupent.

Concernant le livre 3, il faut noter que Montaigne l’écrit après avoir été élu maire de la ville de Bordeaux, d’où une dimension critique à l’égard de la société, et des responsabilitéspolitiques.

L’extrait que nous allons étudier se situe au chapitre 11 (qui s’appelle « des boyteux »). Ce chapitre, essentiellement illustré par l’exemple de la chasse aux sorcières, traite de la dangerosité des opinions reçues ou spontanées qui conduisent le plus souvent à des jugements injustes.

LECTURE

PROBLEMATIQUE :
Quelle stratégie argumentative Montaigne met-il en place pour inviter lelecteur à s’interroger sur la notion de préjugé ?
Comment tente-t-il de le faire adhérer à son mode de pensée qui est la philosophie du doute ?

PLAN :
Dans cet extrait, on peut dégager 3 mouvements :
1) Le constat critique à propos de la conception publique de l’ignorance
2) Le positionnement personnel de l’auteur : ou le penchant affirmé en faveur de l’incertitude
3) La preuve dubien-fondé de l’ignorance en tant que raisonnement dubitatif

1er MOUVEMENT :

1ère phrase :
Phrase longue, riche de deux ajouts.
Il faut relever la présence de l’épanorthose annoncée par la formule « ou pour le dire plus hardiment… » L’auteur rajoute ici une touche corrective qui modifie à la fois le sens de sa pensée et celui de son texte : qui passe de « beaucoup d’abus » à « tous les abus », on aune amplification de l’idée qui gagne en virulence : Montaigne n’hésite pas à globaliser son propos.
Avec la structure en chiasme « s’engendre… abus / abus… s’engendrent », on note une insistance sur la corrélation entre ces deux termes. La tournure impersonnelle « il s’engendre » permet de rechercher la cause de ces abus, l’origine-même de la dénonciation, qui apparait dans la 2ème partie de laphrase (Effet de suspens vis-à-vis du lecteur).
L’indéfini « on » permet de généraliser la société française (jugée néfaste par l’auteur), sans pour autant la nommer. On relève là une marque d’atténuation, de prudence de l’auteur probablement vis-à-vis des haut-placés de l’Etat.
« Faire profession de notre ignorance » : selon le Godefroy, a le sens de « déclarer publiquement », ce qui induitune idée d’importance de l’apparence, associée au verbe « craindre ». Donc selon Montaigne, l’ignorance ne serait pas une chose à exhiber.
Avec l’ajout de l’exemplaire de bordeaux, Montaigne va encore plus loin dans cette optique : le « nous » a ici une valeur globale (Montaigne s’inclue aux sujets de la société), et il est soumis à la voix passive : ce qui appuie la notion de soumission déjàsous-entendue pas le verbe « être tenu de… ». on peut aussi relever le parallélisme opposé entre « être tenu de… » Et « pouvoir », ce qui creuse l’abîme entre les termes « accepter » et « réfuter ». D’après cette déclaration, l’auteur semble dépeindre une France qui privilégierait une apparence de savant à une réalité d’ignorant.

2ème phrase :
Puis, la 2ème phrase (très courte) fait office derésumé cinglant. Les termes « précepte » et « résolution » viennent rajouter un peu plus de poids à la sujétion de la population. Selon le Godefroy, le précepte est une formule qui enseigne un devoir, et la résolution l’action de se résoudre (ou la soumission).
Avec l’utilisation du présent gnomique, le propos de Montaigne se fait sentencieux, et la globalisation énoncée par « toutes choses » tend...
tracking img