Explication de texte philo : la maieutique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1198 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le texte de Platon que nous avons a expliquer est extrait de Theetete , La pléiade. Elle annonce le thème qui est la maïeutique; méthode qui permet grâce au dialogue, a un esprit d'accoucher des vérités demeurées cachées. Quel est le statut de la vérité philosophique? Comme La quasi-totalité des oeuvres de Platon, ce texte est écrit sous forme de dialogues et est considéré comme des dialogues dejeunesse qui met en scène la méthode socratique d'examen. Platon soutient que s'initier a la philosophie il faut passer par une contemplation et a la réflexion. Car la vérité est l'objet d'une recherche commune est rationnelle qui n'est atteinte grâce a la dialectique, c'est-a-dire l'art méthodique d'interroger et de répondre. Ce este est divise en deux grandes parties. On observera d'abord queSocrate procède à une comparaison point par point de l'art des sages-femmes et de l'art du maïeuticien, en partant d'un fond de similitude (de ''Voila donc'' a ''non point les corps''). Puis on présentera sa seconde partie en se demandant si Socrate est un esprit qui connait ses limites face a la vérité philosophique.(de ''Mais le plus grand privilège'' a la fin).

Y a t-il une spécificité de lamaïeutique? Le texte ne se comprend pas sans un fond de similitude entre maïeutique et art d'accoucher, sans quoi la comparaison serait impossible. ''Mon art de maïeutique a mêmes attributions générales que le leur'', que l'art des accoucheuses. Le terme maïeutique signifie étymologiquement l'art de faire accoucher. Cependant, par l'art du dialogue, la dialectique, par un jeu dequestions-réponses, Socrate met en avant la première différence. Il décrit les divers aspects de son art en le confrontant a celui des accoucheuses. ''Les femmes accouchent d'une vaine apparence et, d'autres fois, d'un fruit réel, et qu'on ait quelque peine a faire le discernement'' veut dire que les accoucheuses n'ont pas a différencier de ce qui est réel et de ce qui ne l'est point. Les enfants sont tous ''réel''et 'vrai'', il n'y a pas d'apparence ou de faux enfants. Tandis que la maïeutique a a faire une telle distinction entre le réel et l'apparence, entre le vrai et le faux.
La deuxième différence est que son art maïeutique délivre les hommes et non les femmes. Ici Socrate veut dire pas hommes, les mâles et non pas l'Homme universel. Il fait opposition entre âme et corps illustrant l'oppositionentre homme et femme. Selon lui, les homme sont liés a l'âme alors que les femmes sont liées aux corps.
Socrate comparait son activité à celle de sa mère qui était sage-femme. Il disait que, de même que celle-ci avait pour mission d'aider à accoucher les corps, lui avait pour mission d'accoucher les esprits. Cette dernière est donc la troisième différence. Son art de maïeutique surveille les âmes''en leur travail d'enfantement, non point les corps''. Son rôle est lie a l'ame, pas a la chair. Selon Socrate, la vérité est a trouver non pas du cote du corps, mais de celui de l'ame.
On voit alors par différence que l'art maïeutique a sa spécificité et n'est donc pas identique a l'art d'accoucher. En revanche, Socrate possede quand meme une impuissance identique a celle des accoucheuses.Socrate est-il philosophiquement impuissant? Socrate avoue qu'il a “ même impuissance ” que les accoucheuses. Chez Platon, Socrate explique que la sage-femme n'enfante pas elle-même, elle se contente de faire accoucher la femme; le philosophe fait de même des opinions de ses interlocuteurs. Il met en avant qu' 'enfanter en sagesse' n'est pas dans son pouvoir. Il a été objet d'un jugementdéfavorable 'blâme véridique' du fait qu'il ne donne jamais son avis personnel, ou partage son point de vue. Certains ont été reconnus comme des sages, même s’ils ne se désignaient généralement pas ainsi eux-mêmes, tel Socrate qui ne se présente pas comme un sage, encore moins comme celui qui sait, mais « sachant qu’il ne sait pas », comme un amoureux de la sagesse. Le sage selon lui n'est pas tout...
tracking img