Explication de texte - puissances et limites de la raison

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1434 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de texte

Puissance et limites de la raison, Luc Brisson et F. Walter Meyerstein.

Le langage est un système de signes voué à exprimer des idées, c’est le véhicule de la connaissance, le moyen de sa transmission. Il est une capacité de l’homme. Le langage est depuis toujours resté l’instrument privilégié des philosophes, pour transmettre les fruits deleur réflexion. Or d’après Luc Brisson, le langage est bien trop complexe pour permettre à un lecteur de comprendre une œuvre philosophique parfaitement, ainsi il empêche la philosophie d’atteindre la certitude universelle. Ce texte présente donc deux thèmes bien repérables : Philosophie & Langage. L’étude de ce texte aboutit à une remise en cause du langage et de sa relation avec la raison. Ilamène à se poser des questions sur les puissances et limites de ces deux concepts, mais surtout la question suivante : Pourquoi la philosophie n’arrive-t-elle pas à atteindre la certitude universelle (qui seule pourrait garantir la liberté d’un être rationnel) ?

Nous pouvons découper cet extrait en trois parties principales. Nous analyserons d’abord le premier temps de ce texte, qui va de laligne 1 à 5, et illustre la complexité du language utilisée dans les ouvrages philosophiques, liée aux deux faces du signe linguistique, à savoir signifiant et signifié. Puis nous verrons que dans le second temps du texte ; ligne 5 à 8 ; le langage ordinaire est un instrument utilisé par la raison dont les imperfections sapent les fondements même de l’édifice que construisent les philosophes enécrivant. Enfin, nous constaterons que dans le troisième et dernier temps du texte ; ligne 8 jusqu’à la fin du texte ; une question se pose : le langage est-il vraiment un obstacle à la certitude universelle ?


Dans la première partie, Luc Brisson affirme que « qu’elle que soit l’approche retenue, les ouvrages de philosophie sont écris dans une langue ordinaire », L.1. Par « qu’elle quesoit l’approche retenue », on suppose qu’il entend quel que soit le but de l’auteur/lecteur (désir de laisser une trace ? d’enseigner ? / simple lecture ? désir d’apprendre ? de découvrir ? de se cultiver ?). Une langue ordinaire correspondrait ici à une écriture, un langage qui se veut accessible pour tous. ( ?)

Luc Brisson poursuit sa thèse en expliquant que le langage ordinaire utilisédemeure complexe de par sa composition. Il parle de « deux faces du signe linguistique » ; signifiant et signifié. La linguistique, c’est l’étude du langage. La face des « signifiants » correspondrait au mots dans leur entité, c’est-à-dire leurs sons (leurs images acoustiques) , leurs formes, leurs étymologies. A contrario, la face des « signifiés » serait plutôt les représentations mentales que l’onse fait à la lecture d’un mot, les sens ou significations ambigües. Par exemple, le mot français arbre est un signe linguistique associant la forme sonore /aʁbʁ/ au concept d'arbre en tant que arbre s'oppose, négativement, à l'intérieur de la langue, aux autres signes. Dans le texte, L. Brisson parle « d’ambigüité sémantique » (cf L.7), c'est-à-dire de double ou multiple sens que peut prendre unmot/une phrase. Prenons pour exemple la phrase « Claire a mangé un avocat ». Admettons que nous ayons une imagination débordante, nous pouvons comprendre deux choses différentes : soit Claire a mangé un de ses cinq fruits par jour : un avocat, ou alors Claire est cannibale, et a mangé un justicier (aussi nommé « avocat »). La face « signifiés » comprend aussi les connotations. Une connotation estun sens particulier d’un mot, d’un énoncé, qui vient s’ajouter au sens ordinaire (renvoie à un contexte philosophique, culturel, historique ; par extension image, représentation, jugement de valeur qu’évoque un mot (interprétation spontanée associée à un signe et dépendant des références du spectateur). A titre d’argument, mais aussi d’illustrations voici quelques mots qui ont des connotations...
tracking img